Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Victoire au mental

Terrance Williams explose le compteur et sonne la charge face aux Chiefs
Pour son premier match des Cowboys depuis la cabine des commentateurs, Tony Romo aura eu le loisir de vivre avec nous une rencontre riche en émotions. Après une maîtrise relativement solide en début de match, les Cowboys semblaient s'orienter vers un travers bien connu de cette saison : laisser filer leur avance et la victoire avec. Pourtant, grâce à une prise en main d'Ezekiel Elliot et de Dak Prescott, Dallas a renversé la vapeur et s'offre une victoire convaincante 28 à 17.

Un départ conservateur mais efficace


En début de match, on sent bien que l'attaque des Cowboys cherche à gagner du terrain tranquillement mais sûrement. Dak Prescott ne tente pas encore de coups de folies et lance pas mal de passes moyennes, préférant laisser la responsabilité à Dez Bryant et Terrance Williams de gagner des yards après contact. Et ça fonctionne plutôt bien car à l'image de la totalité du match, ces deux là vont avoir une certaine facilité à semer les défenseurs adverses. Sevrés de touchdown au profit d'un Cole Beasley opportuniste, Bryant finira à 73 yards malgré sa sortie prématurée et Williams explosera son compteur avec 141 yards.

Au sol, les débuts sont assez timides mais suffisamment menaçants pour que les quelques feintes soient bien vendues. La ligne offensive n'a pas réalisé un match à proprement parler inoubliable mais, la plupart du temps, a fait un travail solide et plus convainquant que ces dernières semaines. Pendant les deux premiers quart-temps, Ezekiel Elliott va user la défense en courant souvent à l'intérieur et en gagnant, au physique, de quoi donner des options à Dak Prescott.

Le coup de mou habituel


Rigoureuse en défense, Dallas contrôle également bien les choses pendant presque 30 minutes de jeu. Les linebackers font un travail exceptionnel pour contenir le jeune et pourtant très efficace running back Kareem Hunt qui ne finira d'ailleurs qu'avec 37 petits yards. Sean Lee est destructeur et bien secondé par Jaylon Smith et Damien Wilson. Devant eux, la ligne défensive est déjà bien en place et contrôle la ligne de scrimmage. Ce front-7 et décidément vraiment convainquant.

Pourtant, en fin de mi-temps, les travers de 2017 reviennent et les fissures dans la secondaire commencent à laisser passer de plus en plus de passes. L'improbable arrive enfin avec un touchdown totalement surréaliste. 9 secondes au chrono, Alex Smith lance une screen pass à Tyreek Hill qui semble vouée à simplement laisser filer le temps vers la pause. Pourtant, devant une défense des Cowboys beaucoup trop nonchalante et qui avait pourtant aligné 7 defensives back pour protéger la end-zone, Hill se fraye un chemin avec tout son talent et en profitant de ses bloqueurs qui eux étaient totalement impliqués. Les Cowboys encaissent un touchdown tout simplement honteux d'incompétence et prennent un sacré coup sur la tête.

Sursaut d'orgeuil


Pas tout à fait remis de ce changement de momentum, Kansas City marque à nouveau au retour de la pause et reprend la tête de façon improbable. A ce stade, les fans que nous sommes commencent déjà à se dire que c'est du déjà vu...

Et bien non. L'attaque, pour commencer, passe nettement un cap lors de cette seconde demie, Ezekiel Elliott bénéficie maintenant de son travail de fond et surtout, se met à miser également sur sa vitesse pour contourner une défense souvent obstinément coincée dans la boite. 93 yards et 1 touchdown pour Zeke qui ouvre ainsi tout un éventail de possibilités.

Du coup, Dak Prescott se permet de plus en plus de fantaisies et on observe avec bonheur pas mal de jeux en options exécutés avec talent. La ligne tient la route et permet à Prescott de prendre les bonnes décisions. Enfin, il nous régale également à la course et s'offre son 4ème touchdown à la course de la saison.

Défensivement, les boulons se resserrent également. Hormis le TD de retour de vestiaire, Kansas City n'inscrira plus aucun point du match. Sachant que les Chiefs ont actuellement la deuxième meilleure attaque de la ligue en terme de yards parcourus cela veut dire quelque chose.

A l'origine de tout, un pass rush massif. S'il ne pleuvait pas des sacks (2 tout de même, Irving et Charlton) comme lors de certaines rencontres, il n'en reste pas moins que DeMarcus Lawrence a rendu impossible la vie d'Alex Smith sur la quasi totalité des snaps. Du coup, beaucoup de passes réalisées un peu dans la précipitation par le QB des Chiefs ce qui était parfait face à la défense de zone des Cowboys. Nous avons alloués quelques yards mais les défenseurs étaient ensuite immédiatement sur le joueurs.

En la matière, Sean Lee a tacklé dur pendant toute la rencontre et n'a pas hésité à parcourir parfois la largeur complète du terrain pour fondre sur un running back ou un receveur piégé près de la ligne de scrimmage. Idem pour Orlando Scandrick, souvent impliqué avec succès dans les blitz. J'ai vraiment aimé cette capacité qu'on eu les Cowboys à contenir l'attaque des Chiefs à l'intérieur de la poche en mettant souvent des linebackers à côté des defensive end pour menacer les extérieurs.

Encourageant pour la suite


La semaine prochaine Dallas se déplacera à Atlanta puis recevra ensuite les rivaux de Philadelphie. Deux franchises dont les attaques sont parmi les plus productives. Les Eagles, sans surprise, étant numéro 1.

Avoir réussi à tenir Kansas City à 17 points (et encore, j'espère que les 7 points de Hills ne se reproduiront jamais de cette manière...) est une performance forcément encourageante à la lumière du calendrier à venir. Battre Atlanta est de toute façon un pré-requis si nous avons des ambitions de playoffs et prendre une victoire face à Philadelphie serait un minimum même si le challenge sera très important.

Malgré une secondaire critiquable et critiquée, les Cowboys ont montré dimanche que la force de leur front-7 pouvait tenir en échec une attaque aussi dynamique que celle des Chiefs. Nous espérons maintenant qu'elle pourra réitérer l'exploit car la route vers janvier est encore longue et difficile.

Au moment où j'écris ces lignes, je ne sais pas encore si Ezekiel Elliott jouera dimanche, l'importance de la blessure de Dez Bryant n'est pas encore connue et Terrance Williams semble avoir réouvert sa blessure à la cheville qui date de la première semaine sans que l'on en sache l'implication exacte. Ajoutez à cela un Tyron Smith qui n'est pas à 100% à cause de son dos mais désormais également à cause d'une blessure aux adducteurs et vous vous rendez compte que si une ou plusieurs de ces pièces maîtresses de l'attaque venaient à manquer, le défi n'en serait que plus grand.

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.