Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Les Cowboys se rassurent

Cowboys 40 @ 49ers 10


Ezekiel Elliott mène la charge d'une attaque quasi parfaite des Cowboys face aux 49ers

En enchainant deux défaites, les Cowboys s'étaient préparés à vivre une semaine de bye compliquée psychologiquement. En guise de reprise ils se déplaçaient dimanche à San Francisco. Les 49ers, toujours à la recherche d'une première victoire, ont beau avoir des arguments offensifs à faire valoir, les Cowboys ne pouvaient pas laisser passer la chance de se remettre dans le bon sens. Occasion saisie lors d'une rencontre maitrisée de bout en bout par Dallas mais qui, nous le verrons, recèle tout de même quelques problèmes qu'on ne peut ignorer.


L'attaque déroule comme à l'entrainement


40 points, même contre San Francisco, c'est une raison de se réjouir. Et même si on retire le premier touchdown quasiment offert, le reste de la copie reste très intéressante.

Pour commencer, la ligne a imposé sa loi au sol pendant toute la rencontre. Le contrôle des couloirs de courses était enfin au niveau de ce que nous attendions et Ezekiel Elliott a pu faire parler son talent. Jonathan Cooper, au poste de left guard, a définitivement fait oublier l'expérience Chaz Green. Solide sur ses appuis, mobile pour décrocher quand il fallait bloquer, sa prestation était convaincante.

Malheureusement, il n'en était pas de même pour la protection de passe. Ce secteur continue à poser question et Dak Prescott a encore été pas mal inquiété et pas mal contacté. Le pass rush de San Francisco n'est pas une référence du genre et pourtant il a posé quelques problèmes. Imaginez la même chose avec celui, au hasard, de Philadelphie et c'est un élément qui reste inquiétant.

Mais heureusement, Prescott était dans un grand jour. Boosté par une dynamique qui se confirme entre lui et Dez, mais aussi par une entente qui n'est plus à prouver avec Witten qui réalise au passage une réception incroyable à une main pour un touchdown. Dak, de son côté, aligne tranquillement 234 yards et 3 touchdowns à la passe (plus 1 à la course). Il devient ainsi l'un des trois QB des Cowboys a avoir réussi à marquer 3 TD à la passe sur trois rencontres consécutives. Il égale Don Meredith et un certain Tony Romo. Prescott a maitrisé son sujet toute la partie en prenant de bonnes décisions et en ajustant ou en changeant énormément le jeu. Il a également profité de la bonne tenue de la ligne pour le jeu au sol en courant lui même 26 yards. Le vrai QB triple threat en somme. Attention tout de même à ne pas trop vouloir se débarrasser n'importe comment du ballon pour éviter un sack, il y a eu un ou deux gestes limites limites.

Forcément, si le jeu aérien était aussi bon, c'est aussi parce que le jeu de course était étincelant. On l'a vu, la ligne a fait le boulot, mais quelle performance de Zeke ! Profitant des ouvertures pour prendre de la vitesse il a ensuite fait étalage de sa technique. Et que dire de ce touchdown de 72 yards dont la vitesse a pris toute la défense des 49ers de court.

Il faut dire qu'ils paraissaient un peu paumé les gars de la baie. Devant une attaque aussi polymorphe difficile de s'y retrouver. En deuxième mi-temps on avait vraiment l'impression qu'ils ne savaient plus trop quoi faire. Le play calling, que nous sommes souvent les premiers à critiquer, à cette fois ci été astucieux. D'ailleurs, je dois dire que c'est officiel, Jason Garrett écoute le DCF Podcast car sinon, comment expliquer qu'après avoir fortement souligné le manque d'audace offensive lors de notre dernière émission nous ayons assisté au retour des passes longues en first down, des reverses avec Switzer ou encore des options plays parfaitement exécutés ! Plus sérieusement, pour cette fois, bravo messieurs Garrett et Linehan, vous avez complétement perdus les 49ers.

La pass rush est roi


Le qualificatif d'agressif est celui qui nous vient en premier au visionnage de ce match. Le rookie quarterback C.J. Beathard en a pris plein la tête pour son premier match en tant que titulaire. 5 sacks et énormément de contacts de la part essentiellement de la ligne défensive des Cowboys mais pas seulement. A ce jeu là, les linebackers ont eu leur lot de satisfaction et même le critiqué Jaylon Smith y est allé de son sack.

Rien à redire donc sur la capacité de pass rush qui a étouffé le jeu des 49ers. Beaucoup plus en revanche concernant la couverture. Trop lâche, pas assez de contestation de ballon dans le centre du terrain, des linebackers pas assez impliqués dans la perturbation de passes bref, la rengaine habituelle. 

C'est simple, lorsque la pression venait à échouer et que Beathard réussissait à ajuster ses passes (parce que oui, la précision aléatoire du rookie nous a quand même vachement aidée...), il en résultait souvent une réception quasi incontestée. Heureusement, la pression a bien fonctionné et donc à chaque fois nous avons été capable de nous en sortir en abandonnant assez peu de terrain. Mais le problème, c'est qu'on ne peut s'empêcher de se poser la question de ce qui va se passer quand l'OL adverse tiendra la charge.

Ah, mais on le sait en fait, ce qui se passe, c'est Green Bay ou Denver.

Ne pas se leurrer


Profitant de la pression, les Cowboys ont également réussi à provoquer 3 turnovers. Fait encore plus rare, nous en avons bien profité. Alors évidemment, on s'en réjoui c'est clair, mais il y a malheureusement un effet de trompe l'œil derrière cela. Si vous combinez le fait que notre défense n'a tenu que grâce à une pression qui a fonctionné à quasi tous les jeux ainsi qu'à sa capacité à infliger 3 turnovers, vous obtenez une défense qui reste fragile. Car oui, il y aura des moments où les pass rushers seront contenus et oui, nous aurons plus souvent des matchs sans turnover qu'avec. Est-ce que notre équipe est vraiment capable de résister à une attaque bien organisée et qui ne perd pas le ballon ? Les Redskins vont être un bon test pour cela car je n'en suis pas totalement persuadé.

En regardant les chiffres, je me suis aperçu que Carlos Hyde n'avait couru "que" 68 yards. C'est pas si mal finalement car mon ressenti pendant le match était plus pessimiste. J'ai encore vu pas mal de premiers tackles manqués dans le backfield par exemple, y compris par Sean Lee qui fait un retour correcte mais pas dingue après sa blessure (et avant la prochaine...). Anthony Hitchens en revanche a été l'atout de contrôle au sol numéro 1 et avec 8 tackles en solo a été très efficace dans ce domaine. Idem pour Byron Jones qui descendait bien lors des phases de courses.

Je ne peux pas dire que la défense ait mal joué, après tout, 10 points encaissés ça ne peut pas être un échec, mais je voulais tout de même lever un certains nombre de réserve quand au côté situationnel de sa réussite. L'attaque a eu un bon contrôle de la montre, le pass rush faisait mouche quasiment à chaque fois, des turnovers ont été provoqués puis transformés bref, nous avons eu un match tout simplement idéal pour que les défauts encore bien présents de notre défense comptent pour du beurre. N'oublions pas que ce ne sera pas toujours le cas.

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.