Header Ads

Revue du playbook

Week 16 : Cowboys 42 vs Lions 21

Dez Bryant Dallas Cowboys
Deux touchdowns pour Dez Bryant dont un à la passe sur Jason Witten
Dire qu'il n'y avait pas d'enjeu dans ce match serait faire une grave erreur. Certes, les Cowboys ont déjà tout sécurisé. Le titre NFC Est, la semaine de bye et l'avantage à domicile jusqu'au Super Bowl. Mais l'enjeu était tout autre. Dallas disposait avant lundi de deux rencontres pour parfaire son plan de jeu offensif d'une part, en mettant l'accent sur les passes, et pour améliorer son pass rush d'autre part. Carton plein face aux Lions qui devront attendre un peu avant de se qualifier pour les play-offs.

Une première mi-temps angoissante


Si l'idée était de travailler la passe, on peut dire que la défense des Lions allait nous y conduire. En effet, en début de rencontre, Zeke a eu toutes les peines du monde à trouver son chemin. Derrière une ligne offensive un peu hésitante, Elliott a vu ses tentatives largement limitées.

Heureusement, les résultats aériens sont plus satisfaisants. Dès l'entame, Prescott doit lancer beaucoup de ballons avec un succès certain. Le premier touchdown sur Bryce Butler est parfait et l'attaque semble sur les rails en attendant un jeu sol plus efficace.

La défense par contre est totalement dépassée pendant presque deux quart-temps. La ligne défensive, largement dominée, laisse des boulevards au jeune Zach Zenner qui se régale. Alors que nos cornerbacks, eux, exécutent une couverture tout à fait satisfaisante, toute la mécanique offensive de Détroit passe par le sol avec un succès qui frise le ridicule. Les linebackers sont désorientés et les DB doivent rattraper ce qui est rattrapable à chaque jeu en raison notamment de trop nombreux tackles manqués. Une vrai débâcle qui nous portera à la mi-temps sur un score de parité de 21 partout, témoin de porosités défensives de part et d'autre.

Des ajustements payants


Les Cowboys rentrent des vestiaires dans d'autres dispositions. La ligne offensive qui a progressé pendant toute la rencontre atteint enfin son meilleur niveau de jeu. Les espaces s'ouvrent pour Elliott qui commence à faire parler la poudre. Comme souvent, c'est particulièrement à l'extérieur qu'il prend tout le bloc de vitesse pour se frayer un chemin dans la end-zone à deux reprises.

Allégé d'un peu de responsabilités, Prescott profite de splendides tracés des receveurs pour enchainer. Combinez tout cela à un Dez Bryant qui montre son talent et vous obtenez un bijou de précision sur le touchdown entre les deux joueurs.

Défensivement, ça fait clic. On décide de mettre le paquet sur les blitz et la stratégie s'avère payant. Et mine de rien, ça n'était pas gagné en début de saison avec tous les soucis de pass rush que nous avons (avions... ?). Comme depuis quelques semaines, David Irving mène la charge et celui qui est aujourd'hui notre meilleur pass rusher met une pression énorme sur Stafford. Accompagné par le rookie Maliek Collins, ils forment une belle paire linemen qui sera déterminante dans le succès de la défense en seconde mi-temps. Une défense qui ne prendra d'ailleurs plus aucun point du match.

Autre élément important, les linebackers trouvent la lumière. Dans ces stratégies très aggressives Sean Lee reprend des couleurs et s'infiltre encore et encore dans le backfield adverse. Plus question de laisser respirer Stafford.

Les cornerbacks ont également continués leur bon travail. Scandrick notamment a coupé beaucoup d'opportunité le long de sa ligne pendant que Carr faisait un travail très correct. Ca aussi c'est une constante de cette saison qui commence à faire du bien. Pouvoir compter sur des corners efficaces n'est pas une habitude que personnellement j'ai pu constater ces dernières années.

Expérimentations


Ce match avait vraiment des allures de répétition générale tant on a eu l'impression que les carnets de jeu était passé au peigne fin, y compris dans les appels les plus exotiques. Tout s'est passé comme si Scott Linehan et Rod Marinelli avaient carte blanche pour tout tester.

Ainsi, quel plaisir de voir un trick play dans lequel Dak Prescott donne la balle dans le back field à Dez Bryant qui va ensuite lui même réaliser une passe sur Witten démarqué dans la zone d'enbut. Un jeu rarement tenté, en général dans des situations désespérée, mais qui lorsqu'il fonctionne est tout simplement splendide.

On a également vu des design run pour Prescott ou des formations Dime (6 DB) rarement utilisées par les Cowboys en défense où l'on s'est retrouvé avec 4 safeties même sur des situations de courses. Des défenses d'ailleurs très tournées vers les safeties en seconde mi-temps qui ont laissé à J.J. Wilcox le loisir de briller pour son retour en jeu. Le joueur a attiré toute la lumière sur lui en étant sur tous les fronts, notamment en apportant une solution défensive déterminante au sol face à un jeu de course bien trop dominant en première mi-temps. Il a tacklé fort et il a tacklé dur. Il a tout simplement éclipsé Barry Church.

Un dernier match avant le repos


La semaine prochaine sera sans doute l'occasion de continuer à travailler sur nos défauts. Nous y verront probablement beaucoup de passes et, comme face aux Lions, un Ezekiel Elliott moins sollicité voir même retiré du jeu au bénéfice de Darren McFadden dans le quatrième quart-temps.

C'est une période charnière car la semaine de bye, si elle est une bénédiction pour les organismes ne l'est pas toujours pour le niveau de jeu. On se souvient que Prescott a eu un peu de mal à se remettre en route pendant la saison. Impossible donc de simplement mettre les starters sur le banc sous peine de perdre le rythme et de se retrouver rouillé en divisionnel. Et si en plus on se retrouve à affronter pour la troisième fois cette saison les Giants, nous avons sacrement intérêt à être prêt.

4 commentaires:

  1. Je me langui toutes les semaines de lire les articles de DCF et cest toujours un véritable plaisir, quel que soit le résultat du moment. Moi je pense qu'il serait sympa d'avoir un jour un forum pour échanger entre fans et autres, et surtout je veux mon podcast #2 alleezzzzzz.
    Ps si cest une histoire de moyen Go lancer un tipee ou arf jai du mal à utiliser ce mot car il me fait penser à ....Go lancer un patrio...ah non j'y arrive pas dsl lo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les compliments. Ce genre de retour permet de se dire qu'on ne le fait pas pour rien !

      Concernant le podcast #2, c'est dans les tuyaux. Mais c'est avant tout un soucis de dispos. Moi le premier. Pas si simple de se caler tous les trois pour enregistrer avec les contraintes de calendrier d'une part mais pas seulement (un appartement, un enfant de 2 ans... le silence nécessaire à un podcast n'est pas forcément compatible^^).

      Pour l'idée de forum, on va se garder ça dans un coin de la tête ce n'est pas une mauvaise idée ;) A voir si ça peut se concrétiser.

      En tout cas, encore merci !

      Supprimer
  2. Moi aussi je me joins à Philippe pour te féliciter pour tes articles. Et désolé d'avoir attendu que ma belle America's team fasse une année exceptionnelle pour le faire. Mais l'enthousiasme revient et je me dis que on peut le faire...Même si depuis 1972 que je suis fan des Cowboys j'en ai eu des retournements d'enthousiasme!
    Merci encore pour tout ton travail.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1972 ah oui ! Perso, je suis fan depuis 1996, année où j'ai découvert le foot US au détour d'un Super Bowl Steelers / Cowboys. Mais je n'ai pu réellement suivre l'équipe que depuis le début des années 2000 (et ça me fait penser qu'il va falloir qu'on la fasse cette rubrique "qui sommes nous").

      Bref, merci pour les compliments, encore une fois, ça fait plaisir ! Et n'hésite pas à commenter les articles de Hugues et David également ;)

      Supprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.