Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Réchauffement climatique

Week 14 : Buccaneers @ Cowboys 


La semaine des Cowboys aura été bien inhabituelle. La défaite contre les Giants la semaine passée était la première depuis plus de 3 mois, et la mauvaise prestation de Prescott n'a fait qu'augmenter les tensions autour des Dallas Cowboys. En effet quelque soit la saison établie jusque là, être en méforme en décembre est la pire des idées. Les Playoffs arrivent à grand pas et les Cowboys ont l'occasion de montrer qu'il s'agissait d'un accident de parcours et qu'ils n'ont rien perdu de leur dynamique. Et face à une des équipes les plus en forme du moment, pour pimenter le tout.



Prescott joue gros


C'est dingue comme les choses vont vite en NFL. Prescott qui devait tranquillement apprendre le métier derrière Romo s'est finalement vu propulsé dès sa saison de rookie comme titulaire de l'america's team. Et il est déjà face à un tournant de sa jeune carrière. Les playoffs arrivent à 200 à l'heure et malheureusement le jeune QB semble dans le creux de sa saison. Seulement deux troisième-downs convertis par son attaque sur les 24 dernières tentatives. Et moins de 300 yards combinés sur les deux derniers matchs. Certains diront que c'est la faute de ses receveurs, d'autres de la ligne. Peu importe. Ces statistiques ne sont en rien compatibles avec un quelconque succès en playoff, surtout avec un jeu au sol qui fonctionne toujours. Même si cette mauvaise "passe" ne doit pas anéantir le travail établi par le joueur jusqu'ici, qui marchait sur l'eau surtout en novembre, elle a de quoi nous questionner.

Quoiqu'en dise le staff, eux aussi se les posent les questions. Surtout lorsque vous avez sur le banc le joueur qui avait lors de sa dernière saison complète en 2014, la meilleure efficience en troisième down. Mais la comparaison entre les deux joueurs n'est pas l'objet. Alors, lorsque vous jouez au plus au niveau vous savez que chaque mauvaise performance vous rapproche de la difficulté, de la remise en question. Et Prescott a montré tellement de maturité que lui aussi le sait. Et comme la parfaitement dit Romo, on ne peut se battre que contre soi-même. Alors à Prescott de retrouver son niveau de jeu qui était le sien en milieu de saison, ou sinon la question de le faire démarrer en playoff sera malheureusement pour lui vite solutionnée.

Ce questionnement plutôt inattendu quant à la fiabilité de Prescott, (pourtant rookie rappelons-le !) met malheureusement aussi à mal la stratégie qui voulait pouvoir permettre à Romo de prendre quelques snaps lors des 3 derniers matchs histoire de se préparer à l'éventualité. En effet maintenant le staff doit voir encore Prescott pour l'évaluer au mieux, et lui donner l'opportunité de retrouver sa confiance. Mais cela doit aller vite, et si Romo rentre ce sera pour de bon.

Succès en troisième down 


Les Cowboys affrontent à nouveau une grosse défense avec celle des Buccaneers. Sa ligne défensive compense le manque de taille par sa vitesse, ses cornerbacks Brent Grimes le rookie Vernon Hargreaves sont capable de couvrir, et la défense a su créer des turnovers durant ses cinq succès consécutifs. Et chose plus inquiétante encore il s'agit de la meilleure défense en troisième-down, avec seulement 34% de conversion pour l'attaque adverse. C'est justement là où Dallas patine depuis 3 matchs. La clé du match sera dans cette réussite en troisième downs.

L'attaque des Cowboys doit retrouver sa force, qui est de contrôler la montre. En effet l'attaque n'est pas une attaque de big plays, notamment avec Prescott, mais une attaque qui avance irrémédiablement en épuisant son adversaire. Et lorsque vous appeler autant de course sur premier down comme c'est le cas de Dallas (et souvent avec succès), vous êtes évidemment confrontés à des 3ème downs. C'est pourquoi la déchéance de Prescott dans ce domaine fait si mal à l'attaque entière.

Pour retrouver la réussite, et permettre à l'attaque d'étendre ses drives, il faudra que la ligne contienne la vitesse du rush adverse, et que Prescott retrouve ses cibles favorites qui sont Beasley et Witten. On compte aussi que Linehan trouve des solutions pour mettre son quarterback dans les meilleures conditions.

Défense en force 


Alors qu'on se contentait depuis le début de la saison que la défense soit suffisamment correcte pour faire capoter le travail de l'attaque, elle est même devenue une force depuis quelques matchs. Les chiffres l'attestent puisque depuis les 8 derniers match la défense de dallas est celle qui a encaissé le moins de points avec 131, ce qui fait 16,3 points par match.La défense devrait pouvoir donc contenir l'adversaire suffisamment pour permettre à l'attaque de se trouver, et finir par scorer.

Il faudra d'abord anéantir un jeu au sol de Tampa Bay déjà mal en point. En effet l'équipe est tout simplement celle de la ligue qui à concédé le plus de jeu négatif au sol, avec 48. Mais Dick Koetter veut continuer à jouer au sol et appelle une course sur 57% des premiers downs. Or les COwboys ont une excellente défense la deuxième, et la première des choses sera donc d'éviter tout gros gain en premier down.

Une fois la course bloquée, on sait que Jamal Winston est capable de commettre des erreurs et lancer des interceptions (12 cette saison). Mais les Buccaneers c'est aussi Mike Evans, le receveur star de l'équipe avec 80 réceptions cette sison pour 1100 yards et 10 touchdowns. C'est donc un nouveau gros test pour la secondaire de Dallas après celui des Giants, dans lequel Brandon Carr et Anthony Brown avaient très bien répondu. Mais Mike Evans est notamment très difficile à arrêter sur les réceptions en hauteur notamment dans la end-zone. L'absence de Demarcus Lawrence et celle de Cedric Thonton n'est donc pas une excellente nouvelle dans la coupure de la transmission Winston/Evans puisque le pass rush risque d'être diminué. A voir.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes et voici que tout d'un coup, d'une défaite face à un rival en décembre, des prestations moyennes du quarterback révélation, et tout devient moins clair. Les têtes s'échauffent et le spectre d'une désillusion en janvier vient hanter supporters, mais aussi observateurs échaudés. Ça brule pas encore loin de là, mais le climat chauffe un peu. Et après le froid glacial de new York les Cowboys ont l'occasion de retrouver sous des latitudes texanes plus clémentes, un peu de douceur de vivre, de climats tempérés.

  Coup d'envoi : 2h30 (heure française) 

Absents probables: QB Mark Sanchez, CB Morris Claiborne, S J.J. Wilcox, RB Alfred Morris, LB Mark Nzeocha, DE DeMarcus Lawrence, DT Cedric Thornton.
 

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.