Header Ads

Sans forcer

Cowboys 35 @ Browns 10

Jason Witten Dallas Cowboys
Jason Witten domine les débats face aux Browns

Affronter une équipe au bilan de 0-8 n'est pas de nature à infliger beaucoup de pression. Pourtant, à prendre à la légère un groupe qui n'a plus rien à perdre aurait pu s'avérer piégeux. Un début de match un peu laborieux aura sans doute rappelé cela aux Cowboys qui ont bien réagit et se sont imposés dans l'Ohio sans vraiment forcer leur talent.

L'attaque écrase la concurrence


Comme je l'ai dis dans l'introduction, le début de match avait quelques relents d'inquiétudes. Si le premier drive s'est conclu par un solide touchdown de Jason Witten, il été immédiatement suivi par un échec assez criant conduisant à un punt.

Électrochoc salutaire car la suite du match n'aura été qu'une démonstration de l'étendue du talent de l'attaque menée par Dak Prescott. Cette attaque qui dépasse les 400 yards cumulés pour la sixième rencontre consécutive, un record dans l'histoire de la franchise. Cette attaque qui offre une 7ème victoire consécutive aux Cowboys. La dernière fois que c'est arrivé, c'était en 2007. Les Cowboys, alors exempts de Wild Card, s'étaient inclinés face aux Giants en Divisional Playoff.

La ligne offensive dominante a ouvert la voie à Ezekiel Elliott qui, s'il n'accroche pas les 100 yards, aura tout de même créé un bazar sans nom dans le front-7 des Browns. Toujours aussi bon dans ses choix il a encore fallu mobiliser 2 ou 3 joueurs pour le stopper une fois lancé. Un bulldozer qui mettait souvent Prescott dans un fauteuil pour convertir des 2nd ou 3ème downs.

Dak Prescott en a profité pour se montrer encore une fois. Calme dans sa poche, décisif sur quelques courses, il a lancé 247 yards et inscrit 3 touchdown. Fiable, d'un jugement très sûr et avec une exécution revenue au niveau après son petit coup de mou face aux Eagles (il faut dire que la pression infligée n'avait rien à voir...), Prescott a fait avancer une attaque qui a roulé sur la défense de Cleveland. Ce n'est pas si courant cette saison mais il s'est beaucoup appuyé sur ses tight-end. Swaim, mais surtout Jason Witten qui n'a pas été aussi performant dans ses réceptions depuis longtemps. Souvent laissé seul par la défense adverse il aussi su brouiller les pistes pour rendre fou son défenseur. 134 yards et 1 touchdown pour le numéro 82.

La zone rouge sanctuarisée


Honnêtement, le bilan de Cody Kessler, le quarterback des Browns, n'aura pas été aussi catastrophique que ça. A plusieurs reprises il aura profité par exemple d'une défense bien trop lâche au centre du terrain pour engranger quelques big plays. En effet, nous avons trop souvent vu Sean Lee et son partenaire du moment (souvent Damien Wilson) ne pas trop savoir qui devait couvrir la zone centrale et le joueur qui s'y engouffrait.

De même, si Orlando Scandrick a débuté la partie le long de la touche en remplacement de Morris Claiborne, il a rapidement été replacé dans le slot. En effet, Scandrick a bien trop souvent été un maillon faible de la couverture de passe et ne semblait pas du tout à l'aise dans un rôle qui n'est pas le sien. Il était même devenu la cible privilégiée des passes de Kessler. Anthony Brown n'a pas forcément été très convainquant non plus, mais au moins, Scandrick a redressé la barre pour la suite de la rencontre.

Mais c'est au moment de défendre la end-zone que notre défense, c'est une constante cette saison, a su verrouiller les débats. Passes défendues, couverture homme à homme, front-7 qui trouve les moyens de presser Kessler, c'est lors de ces moments clef que la D se révèle. Et ça les amis, c'est un secret de la réussite de 2016.

Les Cowboys numéros 1


De mémoire de fan, ça fait bien longtemps que les Cowboys n'ont pas été aussi spectaculairement dominateurs. Au début on rationalise, on écrit des "mais" un peu partout pour prendre des gants de la taille du Texas, mais force est de constater que cela fait 7 matchs que les Cowboys gagnent et, la plupart du temps, de façon très convaincante.

Dallas culmine au premier rang du classement NFL. Oui, le premier. Je vous mets une petit capture d'écran juste parce que ça fait longtemps qu'on attendait ça.

Les Cowboys #1 du classement NFL. Vous pouvez pleurer, on ne vous en voudra pas.
Évidemment, la question de savoir combien de temps les Cowboys pourront tenir le rythme reste dans les esprits. Elle est légitime surtout que quelques gros morceaux nous attendent. Je pense au Vikings même s'ils sont sur la pente descendante, ou encore à New-York qui revient au pas de charge et qui nous a déjà infligé une défaite qui fait tâche sur notre beau bilan.

Mais en attendant, ne boudons pas notre plaisir. Oublions un peu les "mais" et les inquiétudes et profitons pleinement d'une domination de notre équipe que nous attendons depuis des années. Ca n'est pas encore le Super Bowl, mais Dieu que ça fait du bien de voir les Cowboys dans cet état !

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.