Header Ads

Week 4 : Match plein et retournement de situation

Week 4 : Dallas 24 @ 49ers 17

Un grand nombre de fans de l'America's Team étaient présents au Levi's Stadium
Décidés à étendre leur série de victoire, les Cowboys se sont rendus dans un Levi's Stadium partiellement acquis à leur cause. Au milieu d'un assourdissant brouhaha Dallas a bien failli se laisser dévorer par des 49ers en quête de rédemption. Mais grâce à notre désormais incontournable duo offensif ainsi qu'à une défense qui a su répondre lors des moments clefs, les Cowboys repartent de Californie avec une victoire dans la poche.

Faux départ


Les choses avaient pourtant mal commencées. Pendant 1 quart-temps et demi, San Francisco va dominer outrageusement une équipe de Dallas qui ne ressemble pas du tout à celle que nous avons vu ces deux dernières semaines.

Première source d'inquiétude : l'attaque. Alors que la fluidité offensive avait été jusque là notre marque de fabrique, nous assistons à une véritable débâcle. Rien ne semble faire "clic" entre un Dak Prescott à la précision aléatoire et des receveurs bien couverts. Idem au sol où la ligne offensive, certes amputée de Tyron Smith et La'el Collins, peine à s'imposer et n'arrive pas à ouvrir de couloir au sol. La protection de passes est également bien trop fragile et Prescott prend pas mal de coups (et deux sacks) sans pouvoir s'exprimer.

Défensivement, c'est la catastrophe. Aucune pression, une couverture aérienne totalement prise de vitesse et une totale absence de contrôle sur Carlos Hyde. Seul Sean Lee tente de limiter la casse face au running back mais n'est pas au mieux face à la passe. 14-0, les Cowboys semblent partis pour une méchante désillusion.

On efface tout et on recommence


Pourtant, vers le milieu du second quart-temps, la mayonnaise prend enfin et un tout autre match commence. Prescott hausse son niveau de jeu grâce notamment à une ligne offensive plus efficace. Les passes se font plus précises et nous assistons à l'émergence d'une dynamique entre Brice Butler et Dak Prescott.

Le jeu au sol commence également à se développer et Ezekiel Elliott peut enfin s'exprimer et apporter la diversité qui faisait défaut jusque là au jeu de Dallas. Avant ce match, les Cowboys avaient utilisé la passe seulement 52% du temps. C'est probablement un des éléments importants de notre réussite offensive et il fallait donc le rétablir rapidement.

Fidèle à son habitude de distribution entre toutes les cibles, c'est en trouvant Williams sur une superbe réception de 20 yards que Prescott délivrera Dallas. A partir de ce point, la machine est lancée et ne fera que de s'emballer. L'absence de Navaro Bowman en seconde période va encore booster les performances de Zeke. 138 yards et un touchdown pour l'ancien Buckeyes à la fin de la journée.

La défense prend ses responsabilités


Le domination de la ligne offensive des 49ers a été quasiment totale pendant la première mi-temps. Aucune pression sur Gabbert, des trous béants pour la course, une vrai catastrophe. Heureusement, à l'image de l'attaque qui a su retrouver ses marques, la DL est revenue des vestiaires avec d'autres intentions.

Je ne dis pas que les Cowboys ont soudainement trouvé la clef pour exécuter des blitz ravageurs, mais Gabbert a déjà beaucoup moins profité de son fauteuil dans les 30 dernières minutes. On a même vu Tyrone Crawford se frayer un chemin pour le mettre au sol. Concernant la course, les choses se sont également améliorées et Sean Lee n'était plus le seul à se débattre pour bloquer Carlos Hyde.

Mais c'est surtout sur la couverture de passe que les différences étaient le plus visibles. Anthony Brown, le backup d'Orlando Scandrick a bien tenu le poste. Très présent, il a eu un ou deux ratés mais dans l'ensemble, je ne suis pas certain que Scandrick aurait fait mieux. Quant à Morris Claiborne, il n'en fini plus de s'imposer comme notre meilleur joueur à cette position. Après des années de marasme le voilà qui exécute encore un match splendide, s'offrant même une interception qui va pratiquement sceller le sort du match.

Dans l'ensemble, on peut saluer la défense qui, si elle a abandonnée quelques gros jeux, s'est brillamment rattrapée par la suite. Comme en début de seconde mi-temps où les 49ers n'ont besoin que de deux actions pour se retrouver dans les 10 yards mais que derrière, le field goal est forcé. C'est un étrange sentiment que de se dire que notre défense peut abandonner, à n'importe quel moment, 30 ou 40 yards sur une couverture complétement manquée, mais en même temps, serrer les boulons de façon très convaincante dans les 20 derniers yards.

Un beau début de saison à confirmer


Dans l'ensemble, en tenant compte de la blessure de Romo, de Bryant et de Tyron Smith, les Cowboys se retrouvent avec un très correct bilan de 3-1. Raisonnablement, nous pouvons être satisfaits. Ce que la pré saison nous avait montré de Dak Prescott s'est confirmé en saison régulière et Elliott semble avoir trouvé son rythme. La défense très controversée assure dans les moments importants même si on peut s'inquiéter de sa capacité à résister à de grosses équipes aériennes.

Ca tombe bien, les Bengals se rendent au Texas ce week-end et devraient être un défi intéressant. 

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.