Header Ads

Lueur d'espoir


Week 1 : Giants @ Cowboys





Les Cowboys entament ce soir une nouvelle saison, sensée redonner de l'envie après avoir déçu match après match l'année dernière. Ce sera à domicile face aux Giants, rivaux de division qui arrivent sans complexe. Mais depuis le 3ème match de pré-saison et la blessure de Romo, la logique de cette rencontre a totalement changé. Supposés favoris avant cet incident, les Cowboys devront se reposer sur Dak Prescott, rookie repêché lors du quatrième tour de la dernière draft. Et essayer de faire ce qu'ils n'ont jamais réussi en presque dix ans : gagner sans Romo.




OK Dak ?




Depuis la blessure de leur leader, les voix officielles des Cowboys ont surfé sur la vague de l'optimisme, à la suite d'une belle, voire exceptionnelle pré-saison de leur Rookie Prescott. Comme s'ils avaient oublié les déboires de la, -des- saisons passées où le problème s'était présenté.



On se souvient des 9 matchs perdus avec moins d'un score d'écart, malgré des Cowboys souvent devant à l'entame du dernier quart-temps. On se demande encore comment le premier match sans Romo (face aux Falcons) avait pu être perdu ! Ce qu'apporte Romo et ce qui va encore nous manquer le plus, c'est son leadership, sa maitrise dans les moments importants des matchs, et surtout ses ajustements sur la ligne d'avantage. Cela malheureusement ne s'enseigne pas ou ne se transmets pas mais s'acquiert avec l'expérience. Alors même si Linehan affirmait cette semaine « que les Cowboys ne seront pas limités en attaque », on peut penser que cela sera certainement vrai sur le papier et dans les formations offensives, mais pas dans les faits. Surtout face à un rival que Romo aurait connu si bien.



Néanmoins les Cowboys semblent plus armés offensivement cette année pour faire face à son absence. Déjà Dez est de retour et semble en pleine forme, on croise les doigts ! Ensuite le poste de running back est plus fourni avec l'arrivée convaincante d'Alfred Morris, en plus bien sûr de Zeke, et également le retour espéré de Dunbar (dans les matchs suivants). Alors Dak Prescott constitue enfin l'espoir d'un renouveau après l'ère Romo. La question est pourquoi le rookie réussirait mieux là où les vétérans pourtant pas maladroits, Orton d'abord, Weeden et Cassell ensuite ont échoué ?



Dak Prescott ne pensait certainement pas démarrer si tôt mais l'opportunité pour lui est énorme. Il s'est largement mis en confiance en cette pré-saison, en montrant un calme impressionnant et cette capacité à rester dans la poche lui permettant de visualiser tout le terrain. Son bras est fort, sa libération de balle rapide et il peut même utiliser ses jambes si les solutions devant lui sont bloquées, ce qui est un plus par rapport à ses deux prédécesseurs. Il a tout pour réussir, derrière une ligne offensive solide. Néanmoins réussir en pré-saison ne garantie en rien d'être capable de faire les jeux qui font gagner une équipe sur le fil dans un « vrai » match. Et commencer par un match de division face aux Giants ajoute encore à la difficulté. Mais c'est vraiment excitant d'envisager justement de le voir évoluer dans ce contexte, surtout qu'aujourd'hui les rookies sont de mieux en mieux préparés à affronter de telles responsabilités. On l'a notamment vu jeudi avec la victoire de Siemian avec les Broncos. (Bien que non rookie il s'agissait de son premier match titulaire).



Une DL en chantier




L'attaque des Giants a plutôt déçu en pré-saison, avec un certain mal à trouver son rythme. La ligne offensive notamment qui devrait être de meilleure qualité cette saison n'a pas offert les possibilités espérées aussi bien dans la course que dans la protection. Dallas devrait clairement en profiter, car si Manning a tout le temps qu'il veut pour passer la balle ils trouvera sans aucun mal ses receveurs stars que sont Beckham Jr ou encore Cruz. Malheureusement Dallas se cherche encore au niveau de sa ligne défensive, et devra compter sans ses deux joueurs les plus talentueux suspendus, DeMarcus Lawrence et Randy Gregory.



Il y aura un « melting pot » entre Irving et Jack Crawford sur le côté gauche et Mayowa et Tapper côté droit pour attaquer les tackles adverses. Si la course au sol devrait être assez bien contenue, surtout qu'il ne s'agit pas vraiment du point fort de l'adversaire, la pression exercée sur Manning reste un point d'interrogation et certainement la clé du match. Car même si les cornerbacks de Dallas ont fait une bonne impression en pré-saison, ils auront toutefois bien du mal à contenir les receveurs rapides et talentueux sur deux ou trois changement de directions.



Attendre l'inattendu




Néanmoins un Giants-Cowboys (et vice versa) se traduit souvent par des surprises, des joueurs qui deviennent plus qu'à l'accoutumé impliqués dans le succès des leurs. Les deux équipes se connaissent parfaitement et rivalisent également d'imagination dans la mise à mal de l'adversaire. On se souvient notamment de l'implication de Dunbar dans le succès du dernier drive victorieux de la saison passée. Qui s'en serait douté ?



C'est également un duel qui implique souvent les tigh-end à la passe, ce qui a souvent profité a Witten ou même à Escobar. Ces derniers ont notamment été ciblés dans la red zone pour prendre l'avantage de la couverture des linebakcers adverse. Ce devrait être à nouveau le cas, lorsque Prescott approchera la ligne de touchdown. On peut aussi imaginer que Prescott cherchera le numéro 82 pour convertir des 3ème down tendus. Mais leur entente sera-t-elle aussi innée que celle développée avec Romo ? Encore une interrogation légitime. Dallas avait eu du mal à dérouler son jeu au sol l'année passé avec seulement 78 yards de gagnés, et on peut penser que Baisley pourrait également être impliqué si tel était le cas à nouveau.



Au final avec des une attaque des Cowboys conduite par deux rookies, et des Giants « nouveau » et encore en rodage après l'ère Coughlin, le match devrait se jouer sur les erreurs commises. Car si Dallas avait pu gagner malgré 3 turnovers la saison passée, cela devrait être plus difficile de renverser la tendance cette fois. Les nerfs, le sang froid seront certainement plus importants que le talent lors de cette rencontre, ce qui est plutôt à l'avantage de New York. Néanmoins on se réjouit à l'idée d'apercevoir enfin une lueur nouvelle briller au delà du sillage de Romo. Et peut-être nous éblouir un jour.

Coup d'envoi : 22h25 (heure française)

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.