Header Ads

Romo out pour 6 semaines minimum

Dallas Cowboys Tony Romo
Tony Romo peut-il encore revenir ?
Malgré ses paroles rassurantes et les premières rumeurs, le tackle subit par Romo lors du dernier match face aux Seahawks n'aura pas eu que des conséquences bénignes. Après avoir passé une IRM, le diagnostic est tombé : fracture par compression de la vertèbre L1. Entre 6 à 10 semaines d'indisponibilité.

Le coup de massue est énorme. Alors que cette saison semblait si prometteuse, les fantômes du bilan de 1-11 de 2015 refont surface. Depuis des années, les Cowboys ne parviennent pas à gagner un match sans leur leader offensif.

La situation sera-t-elle différente ?


Je vais peut-être totalement me planter, mais lorsque la nouvelle m'est parvenue, je n'ai pas tremblé autant que la saison dernière. La raison ? Dak Prescott bien sûr. Déjà une victoire dans sa besace, certes en pré saison, le rookie a éclaboussé le mois d'août de son talent pour le jeu.

Et si cette fois c'était différent... Prescott a déjà montré une excellente habilité dans ses passes, une vision de jeu précise et un sang froid intéressant dans la poche. Il a enchainé les passes au laser et apporté une verticalité qui manquait à Dallas depuis quelques années. Mieux, il a prouvé, contrairement à ses prédécesseurs, qu'il était capable de jouer parmi les titulaires et a réussi à se connecter à l'ensemble du groupe de receveur. C'est souvent cela qui manque aux backups : la capacité de trouver les automatismes avec les starters. Dak, lui, a déjà eu beaucoup de temps de jeu avec l'équipe première pas uniquement à l'entrainement, mais en situation de match.

Protéger le ballon


C'était une tâche à laquelle nous avions échoué l'an passé. Trop de turn over ont émaillé le jeu des Cowboys. Il faudra donc que Prescott soit particulièrement vigilent et s'inspire de son travail à Seattle pour s'assurer de ne pas forcer ses passes comme il a pu le faire contre Miami par exemple. Ne pas hésiter à prendre un sack plutôt que de lancer une interception.

Clairement, c'est un coup dur. L'expérience de Romo, ses ajustements à la défense adverse, son talent à faire vivre un jeu mal engagé, tout cela va nous manquer. Mais Prescott semble tout indiqué pour être un bon palliatif si tant est que cela est possible. Formé en pro-offense en universitaire il a déjà pris la responsabilité de quelques audibles en pré saison. Ce n'est pas toujours le cas des Rookies. De plus, comme je l'ai déjà dit, il a également su améliorer sa prise de décision dans la poche ce qui est un signe de bonne adaptation et de sérieux confirmé par son sérieux lors des cours théoriques de la bouche même de ses coachs. Alors on ne peut rien garantir bien sûr, mais il me semble que nous sommes bien mieux armé cette saison que par le passé pour survivre à cette blessure.

La suite pour Tony Romo ?


Pour finir, il reste une question importante. Est-ce qu'un QB de 36 ans déjà opéré de multiples fois du dos pourra faire son retour dans 6 semaines ? Nous en avons parlé entre nous à Dallas Cowboys France. Il en est ressorti que nous parlons ici du leader du jeu de cette organisation. Ce n'est pas n'importe quel joueur c'est un capitaine d'équipe qui a déjà un poids énorme dans les prises de décisions en match. Il n'est donc pas impossible que, de part son statut, Jason Garrett ne s'oppose pas à remettre les clefs dans les mains de Tony sitôt le feu vert médical obtenu.

Pourtant, s'il n'y avait aucun doute avec Cassell ou Moore, que se passera-t-il si Dak Prescott prend les rênes et fourni un job à la hauteur de la pré saison. Que se passe-t-il s'il enchaine les victoires ? S'il inscrit 3 touchdowns par rencontre ? Cette saison semble bien partie pour être la dernière de Tony, le staff voudra peut-être lui offrir ce jubilé et, si nous sommes toujours dans la course, une chance de finir en beauté. Mais si les stats de Prescott tutoient les étoiles, il sera sans doute très difficile de justifier un retour aux affaires de Romo, au risque de briser une dynamique bien lancée.

C'est la chance de sa vie que Prescott a devant lui. Celui qui a été drafté pour être QB#3 a déjà bénéficié de la blessure de Kellen Moore pour gravir gratuitement un échelon (qu'il aurait de toute façon conquis par son jeu...). Mais cette fois, c'est bien du poste de titulaire que nous parlons. Avec un match d'ouverture face aux rivaux de New-York dès la première semaine. La pression sur lui sera énorme. Va-t-il le supporter ? Réponse le 11 septembre. En tout cas, il est habitué à ce genre de situations car comme nous le rappelle Kate Hairopoulos journaliste au Dallas Morning News, c'est également de cette manière que Prescott a eu le spot de starter à l'Université et même au Lycée.

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.