Header Ads

Draft 2016 : les rookies

Ezekiel Elliott
Ezekiel Elliott, le nouveau visage de l'attaque au sol des Cowboys
La grande messe que constitue la Draft 2016 est maintenant derrière nous. Certains seront ravis, d'autres déçus. Il y a déjà eu pas mal de réactions pendant la Draft (merci pour ça, vos commentaires nous font toujours plaisir !) je vais maintenant revenir sur les principaux rookies qui vont rejoindre l'effectif des Cowboys pour la campagne de 2016.


1er Tour : Ezekiel Elliott, RB, Ohio State.

Ezekiel Elliott
Ezekiel Elliott, RB
Les Cowboys n'ont jamais été aussi bons offensivement que lorsqu'il peuvent s'appuyer sur un jeu au sol puissant et conquérant. Si on aurait pu penser (et moi le premier j'avoue...) que la signature d'Alfred Morris excluait toute possibilité de draft d'un tailback au premier tour, les Cowboys ont décidé qu'il n'en était rien. En sélectionnant Ezekiel "Zeke" Elliott, Dallas s'attache les services d'un coureur d'un rare talent et lui offre la possibilité d'exercer son art derrière la meilleur ligne offensive du pays.

Eliott est un joueur au profil hyper complet. Tous les aspects d'un back moderne font partie de sa palette de talents. Très difficile à tackler, très percutant, il fera de jolis trous dans les linebackers adverses qui tenteraient de s'interposer à un contre un. Il est également très technique et saura dénicher les trous de souris au milieu des linemen. Véritable running back dual threat, il mettra également ses talents de receveur à disposition.

Même si on peut se dire qu'il y avait de bon pass rusher à prendre, on ne peut que se réjouir de voir un joueur de ce calibre rejoindre l'équipe. Ne vous trompez pas, Zeke Eliott sera le visage offensif au sol de l'attaque des Boys pendant les 10 ans à venir.

2ème Tour : Jaylon Smith, OLB, Notre Dame

Jaylon Smith
Jaylon Smith, OLB
Attention, polémique en puissance. En draftant si tôt un joueur qui ne foulera peut-être jamais le terrain de la saison, le front office a clairement surpris tout le monde. Si certains hurlent déjà, que peut-on vraiment attendre de Smith ?

Mettons de côté sa blessure pour regarder quel joueur s’apprêtait à faire sensation lors de la Draft. Ce qui frappe en premier c'est qu'il est une machine à tackler. 111 en 2014, 115 en 2015. Smith est une montagne de muscle, agressif et en même temps très au point techniquement. Sa vision de jeu et sa vitesse compensent un léger manque d'anticipation sur les courses. En couverture de passe en revanche, il trouverait vraiment sa place aux côtés de Sean Lee pour densifier l'entre-jeu bien trop souvent profitable aux adversaires. Sans sa blessure, il aurait été sélectionné bien bien plus haut.

Malheureusement, lors du dernier Fiesta Bowl, une double rupture des ligaments croisés vient sérieusement mettre en question sa carrière chez les pros. C'était sans compter la famille Jones et les Dallas Cowboys, toujours prêts à faire un joli pari. Alors oui, c'est un pari car rien n'indique qu'il rejouera cette année et que, dans le futur, il retrouvera son niveau... Encore que. Le chirurgien qui l'a opéré est celui qui travaille avec les Cowboys justement. On peut donc penser que les infos médicales ont un peu "transpirées" et on pu permettre une prise de décision éclairée. Mais il est joli ce pari, car si Smith revient à son niveau... alors d'un seul coup, on se retrouve avec un steal incroyable car il était sans doute le meilleur linebacker à se présenter à la Draft. Beaucoup d'analystes et de fans (j'avoue, moi aussi) pensent que le risque en vaut la chandelle tant le joueur était exceptionnel.

Si c'est un échec, on dira que la sagesse et la prudence n'ont pas été respecté. Si c'est une réussite... on chantera les louanges de cette prise de risque pendant des années. Wait and see !

3ème Tour : Maliek Collins, DT, Nebraska

Maliek Collins, DT
Clairement, les Cowboys ont privilégié l'exposivité de Collins par rapport à d'autre joueurs encore en lice comme Andrew Billings (Baylor) par exemple. Le DT de Nebraska est en effet plus typé pass rusher intérieur que véritable nose tackle qui maintiendrait la solidité de la ligne. Il n’apparaîtra donc probablement pas dans les packages défensifs de base.

Dans cette optique, Collins est en effet un excellent choix. Il est rapide, réactif, il sait bouger et contourner ces opposants pour mettre un maximum de pression sur le QB. Le problème est qu'il n'arrive pas forcément à garder ses appuis lorsqu'il est bloqué. En cas de un contre un trop physique il risque donc de se retrouver trop rapidement au sol. Etant donné qu'il s'agit du premier choix défensif, on se dit qu'il s'agit de répondre au besoin pressant de pass rush, mais personnellement, j'aime bien mes intérieurs un peu plus massifs et difficiles à bouger... Admettons que ça n'était pas l'objectif.

4ème Tour : Charles Tapper, DE, Oklahoma

Charles Tapper, DE
Si on pensait que le pass rush avait été ignoré en début de draft, voici le second choix d'affilé dans le domaine. Après l'intérieur, place à l'extérieur avec un Defensive End formé chez les Sooners.

Première chose qui frappe quand on se renseigne un peu sur le joueur, c'est sa vitesse. Pour son gabarit, on parle même d'une véritable flèche. 4.59s au 40 yards c'est le plus rapide des DL. Mais c'est plutôt son explosivité un peu limite combinée à sa musculature un peu juste qui l'ont fait glisser aussi bas. Ceci dit, quand on a réussi 7 sacks, 10 tackles pour pertes et 50 tackles pour son année de senior on reste une belle menace sur l'extérieur.

Il lui faudra en revanche travailler sur ses mains qui ne sont pas forcément toujours placées à bon escient lors des duels. Cela traduit une inconsistance technique qui lui coûterait sans doute une place de starter lors de sa première année chez beaucoup d'autres équipes. Mais avec les suspensions en rafales chez les Cowboys, Dallas se cherche un titulaire désespéramment. Donc un peu de muscu et beaucoup de travail pendant les OTA et Tapper pourrait bien voir beaucoup d'action surtout en début de saison.

4ème Tour : Dak Prescott, QB, Mississippi State

Dak Prescott, QB
Depuis plusieurs années, les Cowboys se sont montrés incapables de gagner sans Tony Romo. Les différents backups qui se sont succédés n'ont fait qu'exacerber cette Romo dépendance. Certains, dont moi, pensaient que cette Draft pouvait être l'occasion de mettre la main sur le successeur de Romo. Mais deux trades plus tard, il n'y avait plus de QB dignes d'un quatrième choix sur le marché.

Pourtant, lors du quatrième tour, c'est un nom relativement connu qui est annoncé. Dak Prescott le QB révéré par les fans de Mississippi State sera un Cowboys. Je dis révéré car oui, il s'agit bien d'une star dans son College, un joueur qui possède la quasi totalité des records de l'école.

Veritable QB passeur/coureur il s'agit là d'une nouveauté en soi pour Dallas habitué à des style plus pocket-passer. Malgré ses 103 kgs sur la balance, Prescott sait courir. Il le fait même très bien. Mobile, il peut faire la différence dans ce domaine surtout sur les down assez courts.

Athlétiquement, son bras est largement assez puissant pour mettre un peu de verticalité dans le jeu surtout s'il est bien protégé. Et c'est là son soucis principal. Dans une poche qui s'écroule, Prescott a tendance à perdre son sang froid. Sa lecture du jeu un peu lente le rend un cible trop facile.

Techniquement, c'est tout ce qui concerne son jeu de jambes dans la poche et lors des bootleg qu'il va falloir travailler.S'il est au point sur ses lancers, il est trop souvent pris au dépourvu faute d'avoir su gérer ses postures sous la pression.

Le staff semble néanmoins confiant (on espère en même temps...). On parle bien d'un quarterback de développement. Il n'est pas question d'en faire un titulaire. Et si Romo se blesse à nouveau, il n'est pas certain qu'il soit capable de prendre la relève. Je pense toutefois que dans la perspective d'un développement, Prescott est un choix intéressant. Peut-être sera-t-il à Romo ce que Rodgers était à Favre !

Les lates picks


Tour 6 : Anthony Brown, CB, Purdue

Clairement une position où il fallait du banc. Brown est plutôt bon en press coverage et correct en zone. Il est rapide mais quand il loupe ses placements, il le fait franchement. Il se battra pour quelques apparitions en dime voir en nickel, mais il lui reste du chemin à faire pour améliorer sa lecture du jeu et ne pas se précipiter dans les pièges tendus par l'attaque.

Tour 6 : Kavon Frazier, SS, Central Michigan

Incarne le "strong" de strong safety. Il donne le meilleur de lui même lors des phases au sol en faisant grincer les dents à quelques running back bien taillé. Mais sa palette est trop limité et il mord souvent à l’hameçon sur les play actions. A voir s'il peut convaincre en équipe spéciale.

Tour 6 : Darius Jackson, RB, Eastern Michigan

Un choix que j'ai un peu de mal à comprendre pour être honnête. Oui c'est un athlète, mais il est très très loin techniquement d'être un running back compétitif. Direction l'équipe d'entrainement au mieux.

Tour 6 : Rico Gathers, TE, Baylor

La blague du jour. Gathers est un basketteur qui n'a jamais joué au football en universitaire ni même au lycée. Ok, on le présente comme hyper explosif et doté d'une détente exceptionnelle. Mais il n'est tout simplement pas un footballeur. Je ne sais pas trop ce que le staff veut en faire, mais il faudra un moment avant que Gathers puisse commencer à devenir une option viable même en backup.

1 commentaire:

  1. Ma plus grosse crainte est une nouvelle blessure de tony . J aimerais que les boys recrutent un quaterback veteran (nick foles) et laisser le temps à Prescott

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.