Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Draft 2016 : Les Running Backs à surveiller

Cette série d'article avait commencée par présenter les Quarterbacks. Je poursuis avec une autre position importante de l'attaque : les Running Backs.

Le recrutement l'an passé de Darren McFadden s'est avéré un succès. Après la perte quasi traumatique pour la Cowboys Nation de DeMarco Murray, il fallait avoir les épaules solides pour reprendre le costume de titulaire. Toute le monde pensait que le mot d'ordre serait un jeu par comité. Pourtant, McFadden a su s'imposer et prendre à son compte les responsabilités liées à un jeu au sol fondamental pour les Boys.

Cela étant dit, il faut avouer que le spot de RB#2 est aujourd'hui dramatiquement en question. Entre les déboires liés à Joseph Randle qu'il a fallu couper, l'incertitude autour de Lance Dunbar et de sa place exacte dans l'effectif malgré sa resignature ainsi que le départ chez les Colts de Robert Turbin pourtant intéressant, cette position pourrait bien être une priorité absolue pour le front office des Cowboys.


Premier tour


Ezekiel Elliott, Ohio State

Ezekiel Elliott Ohio State
Ezekiel Elliott, Ohio State
J'imagine que personne ne tombe de sa chaise en voyant ce premier nom. Elliott est partout dans la presse spécialisée et plusieurs d'entre vous sur Facebook ou Twitter l'on déjà mentionné.

Oui, ce joueur est un phénomène, un futur grand. Si d'aventure il était toujours disponible au moment de choisir, il sera difficile de l'ignorer. Son impact derrière une ligne offensive de la qualité de celle de Dallas pourrait tout simplement être énorme et ce à court terme.

C'est un joueur hyper complet tant au niveau athlétique que technique. Capable aussi bien de réaliser les mouvements les plus élusifs comme de "tanker" admirablement bien dans une situation de third down par exemple. Enfin, ses chiffres avec les Buckeyes sont stratosphériques, plus de 1800 yards en 2014 et 2015 et beaucoup le vois déjà tutoyer les records NFL. Si les Cowboys ne veulent pas prendre de risque et drafter un impact player immédiatement, ils peuvent tranquillement glisser le bulletin Elliott.

Kenneth Dixon, Louisiana Tech

Kenneth Dixon Louisiana Tech
Kenneth Dixon, Louisiana Tech
Il pourrait glisser jusqu'au deuxième tour mais honnêtement, je n'y crois pas. Sorti grandi d'un Senior Bowl de qualité, Dixon a vu sa côte monter en flèche depuis.

D'une relative petite taille, 1m78, Dixon sait courir très bas se rendant ainsi difficile à plaquer. D'un point de vue technique, il suffit de fureter un peu sur le net pour se rendre compte qu'il est capable de réaliser des changements de directions éclairs qui donneront le tournis à bien des linebackers. Mais ne pensez pas qu'il n'est pas aussi capable de courir en puissance. Il a prouvé qu'une fois lancé, il peut être un vrai boulet de canon.

Il devra en revanche travailler son explosivité afin de surprendre un peu les défenses. Et s'il a également de bonnes mains, il peut sembler parfois un peu confus dans les longs tracés de passes.

Il s'agit donc d'un back potentiellement dangereux, qui bénéficiera d'une bonne ligne pour lui faire la place initiale qu'il peine parfois à se faire.

Un peu plus loin dans la draft...


Derrick Henry, Alabama

Derrick Henry Alabama
Derrick Henry, Alabama
Beaucoup d'experts désignent le titulaire du trophée Heisman 2015 comme le second meilleur running back de la Draft. Dans l'éventualité d'un trade down voir même du second tour (nous choisissons en 3ème) il pourrait rester disponible pour les Cowboys.

Cette fois, le gabarit de ce coureur pourrait être un problème. 1m95 pour 110 kilos, c'est une taille de tight end, pas de half back. Toutefois, il est dur d'ignorer les performances athlétiques qui vont avec. Le combine a été un large succès après une saison chez le Crimson Tide brillante. Dur à bloquer, âpre au contact, il est l'archétype du power runner.

Cependant, sa taille accentue ses problèmes d'équilibre dans les courses, surtout latérales. Il devra travailler sa posture de course s'il veut espérer évoluer en NFL. Heureusement, une bonne ligne l'aider à trouver la place qu'il a besoin en début de course.


C.J. Prosise, Notre-Dame

C.J. Prosise Notre-Dame
C.J. Prosise, Notre-Dame
Formé comme un safety, a joué comme receveur pour finir par être titularisé comme running back par les Fighting Irishs. En terme d'adaptabilité ça se pose là non ?

Sa principale qualité est la difficulté avec laquelle il peut être amené au sol. En combinant équilibre et position intelligente face aux tackles, Prosise est vraiment le type de back qui ne se rend pas sans avoir conquis au moins un ou deux yards après contact.

Pour le reste, il reste un joueur un peu "frais" de par son manque d'expérience au poste. Mais avec un potentiel définitivement présent et encore une fois, une capacité à apprendre et à s'adapter qui force le respect, Prosise pourrait bien être une belle surprise dans le 3ème ou 4ème tour.

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.