Header Ads

Et l'enthousiasme retombe (un peu)

Présaison semaine 2 : Dallas 6 @ San Francisco 23

Le rookie TE Geoff Swaim (Texas), l'un des seuls joueurs a avoir brillé

"It was not every good. It wasn't very good on offense. It wasn't very good on defense. It wasn't very good in the kicking game. It wasn't very good early, middle or late." 

Ce n'est pas moi qui le dit, c'est le Head Coach Jason Garrett. Cette citation est d'une justesse froide mais réaliste et m'a semblé tout indiquée pour introduire cet après-match. Après la défaite encourageante de la semaine passée face aux Chargers, les Cowboys enchainent avec une défaite pleine et entière au Levi's Stadium des San Francisco 49ers. C'est un match de présaison, certes, mais l’exécution de cette rencontre reste dure à avaler.

L'attaque n'a presque rien montré


Tony Romo rend une fiche avec 100% de complétion ! Ok... une seule passe de lancée pour -1 yard... Plus sérieusement, oublions d'entrée le premier drive qui est un 3 and out bien sale et qui, fort heureusement, aura suffit à notre Tony Romo avant de céder sa place à Brandon Weeden.

Mais là encore, pas grand chose à dire car Weeden sortira assez rapidement lui aussi, sur commotion, et c'est Dustin Vaughan qui mènera l'attaque des Cowboys pendant 2 gros quarts-temps. Si j'étais raisonnablement satisfait de sa performance la semaine dernière, c'est un résultat totalement différent qui ressort de ce match. Souffrant d'un gros problème de régularité, alternant les passes splendides et les jetés de parpaings totalement ahurissants, Vaughan n'a pas vraiment su gérer la bonne pression imposée par la défense des 49ers. Conséquence de cela, pas mal d'erreur de jugement dans ses actions qui ont couté deux interceptions et je ne comprends même pas comment la troisième a pu être évitée. Un échec assez cinglant pour celui qui a clairement l'ambition de rester dans les 53. C'est d'autant plus problématique pour lui que son remplaçant au 4ème quart-temps, Jameill Showers a semblé être beaucoup plus affuté que jeudi dernier. Certes contre des backups de backups mais tout de même.

Mais ne jetons pas la pierre uniquement aux QBs car d'une manière générale, passé les premiers snaps, le niveau de l'attaque a considérablement baissée. Les backups de la ligne offensive n'ont pas franchement été à la hauteur et le front-7 bien massif des 49ers a mis une pression d'enfer. Privé de Leary, Smith ou Frederick, l'OL n'a plus du tout la même allure et chaque jeu a semblé très laborieux.

Rien n'est réglé pour les running back


On attendait beaucoup de ce secteur de jeu. Qui de McFadden ou Randle allait tirer son épingle du jeu. Je vais couper court au suspense : aucune idée.

Le temps de jeu de McFadden a été bien trop faible pour se rendre compte de son niveau actuel. Seulement 3 portées pour 4 yards, dans des conditions assez mauvaises compte tenu de l'OL. Impossible alors de tirer la moindre conclusion sérieuse.

Concernant Randle, un peu plus d'infos en revanche. 30 yards en 7 portées ce qui donne un petit 4.3 yards de moyenne. On est pas vraiment dans la performance renversante mais on attend de voir ce que ça donnera derrière les linemen starters. Mais il a tout de même montré quelques jolis mouvements et une lecture du jeu et des blocs assez interessante. Un des rares aspects positifs de ce match.

Sans les stars, l'attaque patine


Pour moi, ce qui ressort de cette rencontre, c'est que les stars de l'attaque de Dallas sont véritablement indispensable. Alors oui, des rookies comme WR David Porter (TCU), et TE Geoff Swaim (Texas) ont sortie une performance remarquablement solide. Mais ne nous voilons pas la face, s'il y a eu tout ce drama autour du contrat de Dez Bryant, si l'ont prend des gants avec Tony Romo et si toute la Cowboys Nation vibre pour Jason Witten, c'est tout simplement parce que sans eux, l'attaque des Boys n'a aucune chance d'impressionner une défense un minimum rodée.

C'est pour cette raison qu'il ne s'agit pas ici de crier au loup, car l'attaque de ces deux dernières semaine n'est pas l'attaque qui sera alignée face aux Giants le 13 septembre, mais tout de même, la prestation était tellement mauvaise qu'elle nous interpelle forcément. Ils nous tardent vraiment d'avoir les starters bien en ordre de bataille pour enfin être rassuré.

Randy Gregory confirme ses qualités


Le pass-rusher a encore un peu plus l'aspect d'un steal, un second tour à valeur de premier tour de draft. On va finir par y croire à ce rythme là car le joueur a vraiment été très présent dans ce match. Un acteur incontournable dans une défense résolument tournée vers l’agressivité. Malgré son statut de remplaçant, il s'affirme comme un élément incontournable de la cuvée 2015 et enregistre tranquillement son deuxième sack en deux matchs.

C'était d'autant plus flagrant que la ligne défensive m'a paru moins bien en place que contre les Chargers. Sur la passe, pas grand chose à dire. Ca pousse, ça se faufile, ça met la pression et ça le fait plutôt bien. En revanche, lors des jeux au sol, ça n'était pas du tout la même histoire. Souvent dominée, la DL n'a que très peu réussi son rôle de premier rideau face à une ligne offensive adverse très efficace. Les 155 yards abandonnés au sol reposent assez largement sur une performance très moyenne de notre DL. C'est d'autant plus criant que, derrière, les linebackers se sont montrés assez solides sur ce secteur avec notamment un duo Andrew Gachkar et Keith Smith omniprésent dans la première partie du match.

Et sinon, l'équipe spéciale commence quand à jouer ?


Gros carton rouge pour l'équipe spéciale et ce, dans tous les secteurs. Honnêtement ? Toute l'escouade montre un niveau de préparation, d'organisation et d’exécution alarmant. A deux matchs de l'ouverture de la saison on se demande comment les gars vont pouvoir être prêts.

Les retours, exécutés par WR Lucky Whitehead puis RB Ben Malena sont tout juste passables. Mais la couverture lors des punts... mon Dieu qu'elle est percée de partout ! J'en ai encore les yeux qui saignent lorsque j'y repense. Remarquez, ça aura au moins eu le mérite de permettre à Jarryd Hayne, le running back transfuge du rugby pro Australien de briller et de montrer que la reconversion est possible...

Il y a vraiment beaucoup, beaucoup de travail pour que cette unité soit opérationnelle. Car si on ajoute le punt bloqué pour un TD et le field goal de 43 yards manqué par Dan Bailey ont se dit que des matchs peuvent clairement se perdre sur ce terrain là.

Le troisième match sera important


Après les nombreux signes encourageants du premier match, le soufflé retombe un peu. Mais juste un peu. Car le visage définitif de l'America's Team n'est pas du tout celui qui était affiché à Santa Clara.

Traditionnellement, le troisième match de présaison est celui qui laisse le plus de place aux titulaires. Mais cette année, la sécurité semble primer. Concernant Romo, je ne pense pas qu'il jouera beaucoup plus, mais pour les autres (Bryant, Beasley, Witten, les OL) on espère vraiment pouvoir se faire une meilleure idée des forces en présence. Malheureusement, l'infirmerie dicte sa Loi, notamment sur les linemen, et on pourrait bien rester sur notre faim encore quelques temps. Espérons tout de même que la question des running backs aura trouvé une réponse, car il serait compliqué de devoir affronter New-York sans RB#1 désigné.

2 commentaires:

  1. En résumer, c'était catastrophique, mais c'est pas grave parce que c'était pas les Cowboys, sauf sur le premier drive. Et on aura vite fait de l'oublier, ce premier drive, vu le temps qu'il a duré. Croisons les doigts pour ce WE, va-t-on voir jouer les Boys ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais plutôt "moins" grave. Car comme nous le rappelle la blessure de Scandrick, chaque saison, quelques joueurs backups doivent prendre le rôle de starter.

      Pour le troisième match, on verra un peu plus les titulaires, mais on sens les Cowboys ultra précautionneux cette année donc...

      Supprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.