Header Ads

Aptes au service

Présaison semaine 1 : Cowboys 7 @ Chargers 17

Dallas Cowboys
Les Cowboys ouvrent leur pré saison face aux Chargers

"Cowboys football is back" avons nous entendu raisonner lors de ce premier match de 2015. Et si ça n'est pas encore vraiment le grand bain, c'est tout de même avec un plaisir non dissimulé que nous retrouvons nos Dallas Cowboys. Pas encore au grand complet non, loin de là, mais les Boys tout de même. Pour ce premier rendez-vous, beaucoup de titulaires manquaient à l'appel. Mais comme chaque année, cela nous permet de voir évoluer des joueurs qui, le couteau entre les dents, essayent de gagner leur place dans le roster final.

Dustin Vaughan ne laisse pas sa place


Si c'est Brandon Weeden qui a débuté le match derrière le centre (Romo ayant été laissé au repos), c'est bien Dustin Vaughan qui a mené la barque pendant presque 3 quarts-temps. La saison passée, Vaughan brisait presque une tradition en figurant dans le roster final. Les Cowboys ayant perdu l'habitude de conserver 3 QB dans l'effectif. Cette année encore, le joueur texan semble décidé à gagner sa place parmi les casques étoilés.

Même s'il n'a pas marqué, Vaughan a réalisé un match très propre, montrant des talents d'esquives très intéressants est une précision de bras en nette amélioration. Malgré quelques passes manquées sous la pression, il a donné une belle allure au jeu aérien des Cowboys. La rupture n'en a été que plus violente à l'entrée en jeu du QB#4 Jameill Showers qui pour sa part semblait un peu perdu et cumulait les prises de décisions hasardeuses. Avec toujours la menace d'une blessure au dos qui mettrait fin à la carrière de Tony Romo, je ne serais pas surpris de compter Vaughan dans les 53 à la fin du mois.

Une attaque sans les titulaires


Au rang des signes encourageants nous trouvons une attaque plaisante à voir jouer. Pourtant privée de Romo, Bryant, Witten et même de Beasley l'essentiel du temps, les Cowboys ont progressé par le jeu aérien avec une réelle fluidité. C'est notamment un TE Gavin Escobar très en forme comme receveur qui a mené la danse. Dans son sillage, WR Devin Street réalise lui aussi un match très encourageant pour la suite de la saison.

La ligne offensive, qui n'a pas non plus échappé à l'économie de starters, reste un élément clef du dispositif. L'apparition en jeu de La'el Collins au poste de left guard était très attendue et, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'agit d'un succès. Ce rookie non drafté pour des raisons extra sportives avait rapidement été présenté comme une acquisition de choix. Il semble qu'il soit parti pour donner raison à ces analyses car il a sérieusement concurrencé Ronald Leary pour le poste.

La situation au sol reste floue


S'il y a bien un secteur de jeu qui focalisait toutes les interrogations à la veille de ce match c'est bien la rotation des running back. Nous le savions, Darren McFadden, Joseph Randle ou encore Lance Dunbar ne seraient pas de la fête pour cause de convalescence à durée indéterminée. C'est donc le jeune Gus Johnson, undrafted rookie en provenance d'UTEP qui a eu la charge de prendre la place de tailback pendant 3 quarts-temps.

Première remarque : vous pouvez ajouter Johnson à la liste des blessés du poste. Au moment où j'écris ces lignes, on ne sait pas encore pour combien de temps. Deuxième remarque : Ça ne m'empêchera pas de dormir tant je n'ai pas été convaincu pour le joueur.

Certes, il a montré un certain impact physique, mais sa vitesse n'a franchement pas été impressionnante et encore moins ses choix. Johnson a paru globalement assez désorienté, heurtant un peu trop ses bloqueurs ou s'enfermant tout seul dans les pièges adverses. Même s'il est l'auteur de l'unique touchdown du match pour les Cowboys, ça ne rachète pas à mes yeux une performance très limite. Surtout qu'à mon sens, c'est bien la ligne offensive qui a tout simplement enfoncée la ligne défensive adverse qui a permis cette action, notamment La'el Collins qui bloque in extremis un linebacker adverse alors qu'il était engagé contre un lineman.

Pour tout vous dire, je suis bien plus intéressé par le dernier RB du groupe, Lache Seastruck, a qui l'on a offert peu de temps de jeu mais qui a montré bien plus de qualités techniques et de vitesse que Johnson. Attention, je ne parle pas non plus d'une performance renversante, mais disons que j'aimerais en voir plus pour me faire une idée plus précise de ce joueur.

Une défense très encourageante


La vrai satisfaction concernant cette rencontre vient du côté défensif de la balle. D'une manière générale, la défense peut être fière de son travail. La ligne défensive, qui elle aussi se présentait jeudi soir avec beaucoup d'interrogations, m'a personnellement rassurée. Visiblement en mode pression à tout va, nos gars ont assuré le job et bien contrôlé la mêlée. Les QB adverses ont souvent été menacés et même 3 fois sackés. Randy Gregory aligné comme defensive end a notamment été très efficace et semble donc parti pour assumer les espoirs placés en lui.

Du côté des linebackers, on est déjà moins en place et ça se voit. Le retour de Sean Lee et Rolando McClain fera sans doute beaucoup de bien mais, en attendant, le placement lors des défenses de zone est un peu compliqué à mettre en place et on sent que ça a du mal à réagir lorsque le jeu est lancé. En revanche, lors des phases au sol, les choses sont bien plus huilées et on trouve même ici un des joueurs les plus convainquant du match, Damien Wilson, notre 4ème tour de draft 2015 qui était tout simplement étincelant.

Toujours au rayon des nouveaux, je tire mon chapeau au cornerback Corey White. Remercions tout de suite les Saints qui l'ont libéré car il se pose en addition de choix à un poste très faible (peut être le plus faible) en 2014. Rapide, un placement très efficace, une capacité à rivaliser dans la bataille physique pour la balle, White est tout simplement mon coup cœur de match. A côté, CB Byron Jones, notre premier choix de draft 2015, a semblé assez fade et pas encore rôdé. Il va devoir faire mieux.

On en veut plus


Même si c'est une défaite, ce match contient beaucoup d'éléments positifs pour la suite des évènements. Premièrement, les remplaçants comme Devin Street ou La'el Collins, voir même Corey White ont décidé de partir à la conquête de leurs postes. Ils sont efficaces, ils sont motivés et c'est beau à voir.

Deuxièmement, la défense des Cowboys, un éternel point d'interrogation depuis bien des saisons, est bien entrée dans une phase très positive. L'année dernière elle a parré au plus urgent, colmaté les brêches de façon à ne pas laisser des trous partout et a profité largement d'une attaque qui passait beaucoup de temps sur le terrain. Cette année, elle semble déjà plus sûre d'elle. Je n'annonce pas encore le retour de la Doomsday Defense mais en tout cas, elle s'améliore.

Reste maintenant à lever un gros voile sur la question des running backs. Avec une infirmerie qui se remplie de jour en jour, l'entrée en jeu de Darren McFadden est très attendue. Idem pour le retour de Joseph Randle car si ces deux là ne sont pas capables de performer, nous seront devant un sérieux problème. La réussite des Cowboys en 2014 est largement passée par le sol. Moins de pression sur Romo, moins de pression également sur la défense grâce à un temps de jeu raccourci. Je pense que personne n'a envie de revenir sur une alchimie qui a permis de décrocher le titre de division.

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.