Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Cowboys irrésistibles !

Week 16 : Colts 7 - 42 Cowboys 

Romo fête le coach Garrett après une victoire synonyme de playoffs 

Les Cowboys ont décroché leur billet pour les playoffs en gagnant à domicile contre les Colts dans un match qu'ils ont dominé sans partage. En écrasant leur adversaire du jour 42-7 ils emportent la division ce qui n'était plus arrivé depuis 2009. Dallas a réalisé une prestation sans faille lors du match le plus important de leur saison, démontrant s'il le fallait encore que cette équipe a progressé. Maintenant une chose est sûre : ils seront en playoffs, et le match de ce soir leur permet de nourrir toutes les ambitions.


Un destin favorable en début de match


La première série offensive des Cowboys démarre comme on s'y attendait par un jeu fondé sur la course. Pourtant les Cowboys sont stoppés par un tackle ravageur de Freeman sur Randle qui avait récupéré une passe de Romo dans le champ arrière. Seulement le défenseur commet la grossière erreur d'adresser des mots provocateurs à son adversaire encore au sol. Le drive des Cowboys est alors crédité de 15 yards supplémentaire, et surtout le ballon est conservé pour une nouvelle série de tentatives. On se dit que c'est un premier signe positif. Derrière Romo ne se trompe pas et inscrit son premier touchdown du match, pour Williams.

Lors de la première série des Colts la défense est intraitable forçant les Colts à se dégager sans avoir gagné le moindre yards après trois courses. Seulement le punter McAfee pourtant dans ses 20 yards feinte le punt et lance une passe parfaite pour McDonald laissé seul sur l'aile. L'appel du jeu est parfait, la défense de Dallas s'étant faite totalement surprendre. Cependant McDonald relâcha la balle à la stupeur générale du banc des poulains. Autre signe qui montrait que Dallas était dans un bon soir. Surtout que sur l'action suivante Bryant capta dans la end zone un ballon parfaitement lancé par Romo. Les Cowboys sont alors très vite devant 14-0, après avoir su profiter parfaitement d'éléments favorables du destin.

Un Romo de haut vol


C'est notamment grâce à la précision de Romo que Dallas ne laissa passer aucune opportunité. Confronté d'abord au blitz d'Indianapolis celui-ci en profitait pour se glisser ballon en main dans les espaces laissés libre par la défense adverse. Il courra 21 yards au sol sur le premier drive. On sentait alors un Romo plus en jambe que jamais. Même si la course a été quelque peu décevante, 58 yards pour Murray et 37 pour Randle, la ligne offensive a parfaitement protégé son quarterback pour la passe. Comme la semaine dernière face aux Eagles les « pass-rushers » adverses ont largement été contenus. Ce qui a permis alors un véritable festival du quarterback.

Seulement deux passes incomplètes dans le match (vous avez bien lu!) avec 18 connections pour 20 tentatives aériennes, 218 yards et 4 touchdowns inscrits pour quatre receveurs différents. Williams, Bryant, Beasley et Witten ont profité de l'excellente soirée du Maestro de l'équipe qui a une nouvelle montré quel niveau il pouvait atteindre avec une excellente protection devant lui. Sur le Touchdown lancé pour Witten il est devenu le quarterback numéro 1 de la franchise en nombre de yards gagnés, dépassant Troy Aikman et ses plus de 31000 yards. Romo est également devenu le seul quarterback de l'histoire a enregistrer plus de 6 matchs avec un rating supérieur à 135 dans une même saison.

Mais au delà de ces considérations comptables, le leader de l'équipe a une nouvelle fois donner la mesure. Il a alors était repris en choeur par toute l'équipe et la défense notamment.

Une défense pleine d'âme


Décidément cette défense n'est pas la première de la ligue, et elle est loin d'impressionner par ses statistiques. Pourtant tous les fondamentaux sont maitrisés ! À commencer par les tackles. C'est véritablement le force de cette équipe, une qualité de tackles exceptionnelle. Ajouter à cela une convergence rapide de nombreux joueurs sur le porteur de balle, et vous obtenez une défense certes peu spectaculaire mais rudement efficace. Hier en était l'exemple même. Seulement deux yards de gagnés au sol par cette équipe des Colts qui semblaient hier une attaque quelconque.

Ensuite la pression sur le quarterback fut comme la semaine dernière bien supérieure à la moyenne de la saison. Andrew luck s'est retrouvé de nombreuses fois au sol à cause d'une ligne défensive qui a pris l'avantage sur son vis-à-vis. Même les cornerbacks à l'image de Carr et Moore contenaient parfaitement leur receveurs. Luck a dû lancer comme il a pu mais n'a converti que 15 passes pour 109 yards, et fut intercepté deux fois, par Hitchens et Wilcox. On parle pourtant de la première attaque aérienne de la ligue. Impressionnant.

Marinelli s'est même offert le luxe d'envoyer quelques blitz, et lorsque Scandrick eut Hasselbeck dans sa ligne de mire il attaqua la balle et força un fumble qui fut récupéré par la défense. Celle-ci aurait aimé rester invincible mais une interférence de passe incontestable sur Carr dans la end-zone mit fin à ce rêve. Néanmoins la prestation défensive doit servir de référence, pour cette unité qui malgré ces quelques défaillances a fait preuve tout au long de la saison d'un état d'esprit irréprochable. D'une âme tout simplement.


Alors quelle victoire ! Menée par un virtuose et suivi par une armée de soldats cohérents et affamés de succès. Les quelques soucis entrevus à domicile cette saison ont semblé envolés, et c'est une équipe pleine de confiance qui a déroulé un match qu'elle a su se rendre facile. Cette équipe décidément fait plaisir à voir, les cadres sont à leur place et l'état d'esprit qui règne autour semble d'une sérénité exemplaire. Le talent semble enfin exploité à bon escient. Les playoffs sont donc de retour à Dallas, après quatre longues années de déceptions, et avec de tels joueurs il y a de quoi être ambitieux. On fait confiance à Garrett pour motiver ses troupes d'ailleurs. Mais nous en tout cas nous on adore voir ça, on adhère même à ses Cowboys ! Devenus tout simplement irrésistibles. 

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.