Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Un seul être vous manque...

Brandon Weeden DeMarco Murray Dallas Cowboys
Brandon Weeden, DeMarco Murray, leur échec a condamné les Cowboys
Même si nous n'oublions pas la série de 6 victoires, force est de constater que la bonne dynamique des Cowboys a prit un petit coup derrière la tête. En s'inclinant face à Arizona, Dallas réalise une très mauvaise opération dans la course au titre NFC Est et laisse Philadelphie reprendre seule la tête de la division. Rien de catastrophique car les Cowboys restent tout à fait maitre de leur destin, mais on ne peut s'empêcher de frémir d'inquiétude devant la prestation offensive décevante offerte dimanche.

Vivre et mourir par Tony Romo


Vous avez encore des doutes sur le fait que Tony Romo est un maillon essentiel à la victoire des Cowboys ? Repassez vous le match... Pourtant, Brandon Weeden semblait une option relativement sûre. D'une part, son passé glorieux à Oklahoma State parlait pour lui. D'autre part, il est un des QB backup les plus entrainés de la ligue car, entre les mercredi où il remplace Romo comme starter et le reste du temps où la santé dorsale précaire du numéro 9 l'oblige à un entrainement plus intense que dans d'autres franchises, on peut dire que Brandon Weeden aurait du être plus que prêt à enfiler les chaussures de titulaire.

Et bien non... Je ne sais pas si c'était la pression, mais la prestation de Brandon Weeden a tout simplement été catastrophique. Les chiffres sont éloquents : 18/33, 183 yards, 2 INT et quand même un touchdown (contre une défense relâchée en fin de match...). En pratique, les mauvaises décisions se sont enchainées (d'où les interceptions...) et les passes lancées complètement hors cibles étaient presque la norme. Pire, il a même réussi à commettre plusieures erreurs dans les tracés appelés par le coordinateur offensif. Habituellement, c'est plutôt lors des ajustements faits par le QB que des incompréhensions peuvent survenir (et plutôt à l'extérieur à cause du bruit). Mais là où Tony Romo a tendance à modifier presque tout les jeux, Brandon Weeden est resté sagement collé au carnet de jeu. C'est donc des erreurs sur les jeux de bases qui ont été commises...

Pour sa défense, je dirais tout de même que la ligne offensive n'a pas vraiment réussi à le protéger. Mais je dois aussi avouer que j'ai été salement impressionné par le front-7 des Cardinals. Qu'elle puissance ! Les blitz étaient de véritables rouleaux compresseurs et la pénétration des linemen quasi inarrêtable. Weeden s'est souvent retrouvé dans des situations d'urgence qui n'ont pas arrangé ses affaires.

D'une manière générale, on se rend bien compte que l'absence de leadership de Romo a coûté à cette attaque. Notre QB n'a jamais été en rythme avec le reste de l'attaque. De plus, son incapacité à ajuster les appels a largement facilité le travail de la défense adverse.

Sans jeu au sol, l'attaque est condamné


Deuxième enseignement de cette défaite : la dépendance au jeu de course. On le savait, mais on en a eu la démonstration par l'exemple. Si DeMarco Murray ne peut pas faire sa magie, l'attaque n'avance plus.

Comme je l'évoquais plus haut, la ligne défensive d'Arizona a totalement gagné la bataille sur la ligne de scrimmage. Puissance, réactivité, ces gars là étaient très difficiles à bouger. Le résultat et que les courses intérieures n'ont pas vraiment fonctionné à l'exception d'un ou deux coups d'éclats. Et pour l'extérieur, les blocks avec beaucoup de mal à se mettre en place. Les Cardinals sont venus à Arlington avec un plan anti-Murray, ce plan a fonctionné à merveille. Le running back passe ainsi sous la barre des 100 yards pour la première fois cette saison et on s'est retrouvé à devoir faire beaucoup trop confiance à un Brandon Weeden défaillant.

Autre conséquence, le taux de conversion des 3rd downs qui était une vrai force jusqu'ici à drastiquement chuté. Seulement 3 sur 11 de convertis dimanche alors qu'on avait la meilleure moyenne de la ligue, en grande partie grâce à Murray qui était le numéro 1 du domaine.

Passé l'effet d'optique du touchdown sur une interception en début de match par Tyler Patmon, le vrai visage de l'attaque est apparu. Et il n'était pas beau à voir...

La défense a maintenu l'illusion d'un retour


Il faut en revanche féliciter la défense pour avoir tenu le match pendant 3 quart-temps. A 14-10, les Cowboys ont pu rêver de se refaire.

Le mérite revient en grande partie à notre ligne défensive qui a su maintenir la pression sur Carson Palmer et sur son back field. Au premier rang, Henry Melton qui pour la seconde semaine consécutive a été l'artisan de cette agressivité. Chapeau aussi à Tyrone Crawford dont la blessure nous prive d'un excellent élément. Son niveau a beaucoup augmenté depuis son replacement en defensive tackle (lui qui jouait defensive end) en semaine 4. Enfin, le rookie DeMarcus Lawrence a joué son premier match comme DE sur le côté faible et les signes le concernant sont plutôt positifs.

Les linebackers ont en revanche réalisé un match en demi-teinte. Au sol, belle performance. Anthony Hitchens en tête mais aussi Rolando McClain ont été décisifs dans le contrôle de ce secteur. Mais c'est encore une fois sur la couverture de passe que je commence à m'inquiéter. Je sais, les courses croisés au milieu du terrain sont les plus difficiles à défendre, mais j'ai vraiment trouvé le timing déficient. Les receveurs avait trop d'espace pour sécuriser les ballons, trop de possibilité de gagner des yards au centre. Si Arizona n'avait pas quelques drops et mauvaises passes à déplorer, ce défaut dans la cuirasse serait apparu encore plus béant.

Pour finir, les cornerbacks sont encore une fois aux abonnés absents. Le duel Larry Fitzgerald / Brandon Carr était totalement à l'avantage du joueur des Cards. En face, Orlando Scandrick a été un peu plus efficace mais tout de même loin du compte. Les jeunes Patmon et Moore ont été totalement inefficaces.  L'interception retournée en touchdown de Patmon était certes belle, mais le reste de son match était manqué. Heureusement que derrière J.J. Wilcox et Barry Church ont sauvé quelques big plays en devenir, sinon le bilan aurait été bien plus lourd.

Se remettre en ordre de bataille


Ne cédons pas aux sirènes du défaitisme, rien n'est perdu, loin de là. Mais si les Cowboys veulent sortir de cette série de défaite et retrouver un peu leur mojo, ils vont avoir besoin de réaliser quelques conditions.

La première, la plus évidente, la plus criante, c'est de retrouver Tony Romo derrière le centre et de le retrouver en forme. Son leadership, sa vision du jeu, ses capacités à transformer un jeu de passe voué à l'échec en passe réussie de justesse a cruellement manqué à notre attaque. C'est grâce à cela aussi que nous retrouverons notre capacité à convertir les 3ème down et à maintenir des longs drives en vie.

La seconde c'est de serrer les rangs sur la ligne offensive. A force de s'entendre dire que nous avons la meilleure ligne de la ligue, on semble oublier qu'elle est moins efficace depuis 2 ou 3 matchs. Elle doit retrouver son meilleur niveau. Notre jeu au sol en dépend et tout part de notre capacité à courir avec la ballon. Naturellement, cela permettra aussi à la poche de retrouver son étanchéité ce qui, compte tenu de la fragilité vertébrale de notre QB ne sera pas un luxe.

Enfin, la défense doit continuer à déjouer les pronostics. Nous n'avons pas besoin d'être la meilleure défense de la ligue, nous avons juste besoin de limiter les points encaissés pour que notre attaque revigorée puisse augmenter son scoring.

Dimanche, la grande question sera de savoir si Romo doit jouer face aux Jaguars. Si sur le papier, Jacksonville semble au plus bas, j'ai trouvé Weeden tellement inquiétant que je ne suis même pas certain que nous pourrons en sortir victorieux s'il est titulaire. Mais la ligne défensive que nous affronterons ne sera pas la même que celle de dimanche dernier. Notre jeu de course devrait être capable d'être à nouveau celui qui nous a porté et c'est toute l'attaque qui devrait mieux se comporter. Au final, avec la semaine de Bye qui suit, il ne m'apparait pas totalement inconcevable de laisser le dos de Romo guérir pour être de retour en forme face aux Giants. Car face à New-York, nous auront besoin de sortir notre meilleur jeu.

3 commentaires:

  1. Tout à fait favorable à "bencher" Romo ce week end face à JAX...même si Weeden est très en dessous! Il nous faut absolument revenir de Londres avec la victoire mais la vrai lutte pour les playoffs se fera lors de la double confrontations face à Philly et au MetLife stadium! Donc il nous faut Tony au mieux de sa forme!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà oui, c'est pour ça que je finis mon article sur cette note. Maintenant, je ne sais pas ce que Hugues ou David en pense donc ce n'est pas forcément l'opinion de tout DCF^^.

      Supprimer
  2. Bien d'accord aussi avec ta fin d'article, je le pensais avant de te lire. Par contre, on va pas se mentir, dans l'optique ou c'est de nouveau Weeden dimanche, je me réjouis pas de vivre ce match qui s'annonce angoissant.

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.