Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

NFC Eastory : Les années 60

Avec ses franchises historiques, ses rivalités animées, ses fans acharnés et ses moments dramatiques, la NFC East est sans aucun doute la division la plus représentative de ce qui fait du football américain le sport le plus populaire des États-Unis. Pour cette raison, les blogueurs francophones de la NFC East vous invitent à découvrir les moment incroyables qui ont forgé la renommée de cette fantastique division.



Tout au long de la saison, Gauthier de Big Blue Blog, Martin de Les Peaux Rouges, Maxime & Hughes de Dallas Cowboys France et Aurélien de Philadelphia Eagles France publieront simultanément sur leurs blogs respectifs une série d’articles, chacun racontant en détails une décennie de l’histoire de leur franchise, des années 30 à maintenant.

Logo Dallas Cowboys de 1960 à 1963
Logo de 1960-1963

Rivalités et enjeux commerciaux


L’année 1960 marque une époque de forte rivalité entre les deux ligues professionnelles de football existantes à l’époque. La ligue “historique”, la National Football League (NFL), doit faire face à la concurrence d’une ligue émergente, l’American Football League (AFL) fondée un an plus tôt.

Lamar Hunt fondateur de l'AFL
Lamar Hunt
fondateur de l'AFL
Les années 50 ayant vu la NFL et le Football prendre de plus en plus d’importance en terme d’engouement mais aussi et surtout, de revenus financiers, les appétits étaient grandissants parmi les hommes d’affaires qui gravitaient dans le monde du sport. Celui qui va retenir notre attention s’appelle Lamar Hunt et il sera bien malgré lui fortement lié à la création mais aussi à l’histoire des Cowboys.

Héritier d’un richissime homme d’affaire texan ayant fait fortune dans le pétrole, Hunt a essayé tant bien que mal de s’approprier la franchise des Chicago Cardinals (futurs Phoenix puis Arizona Cardinals), une équipe alors dans l’ombre des Chicago Bears bien plus populaires. Il avait pour projet de déménager les Cardinals pour les emmener dans la ville où il a grandit, Dallas, Texas. Problème, après l’échec d’une franchise NFL dans la même ville (les Dallas Texans, 1951-1952), la famille Bidwills, qui possédait la franchise, refusa le projet en bloc.

Peu enclin à renoncer au magot que semblait déjà représenter le football, Lamar Hunt prend ses cliques et ses claques, retourne au Texas et, accompagné de 7 autres recalés de la NFL il fonde à la fois l’American Football League (AFL) et une franchise toute fraîche, les Dallas Texans.
Clint Murchison Jr. Propriétaire fondateur des Dallas Cowboys
Clint Murchison Jr.
Propriétaire fondateur
des Dallas Cowboys

La fondation de l’AFL ainsi que la création d’une franchise à Dallas va être l’élément déclencheur qui va nous intéresser. En effet, la nouvelle ligue met les petits plats dans les grands pour attirer le chaland. Par exemple, c’est en AFL que l’on voit apparaître les premiers panneaux géants indiquant le temps qu’il restait à jouer. La NFL y voit donc, à juste titre, une menace et décide de contre-attaquer.

En 1960, la NFL prend la décision d’implanter une franchise dans les villes détenues par l’AFL. C’est ainsi que, le 28 janvier 1960, sous l’impulsion du magnat du pétrole Clint Murchison Jr., Dallas se voit octroyer une franchise. Son nom de naissance sera les Dallas… Steers. Comment ? Les Dallas Steers ? Oui, c’est le nom sous lequel avait été originellement présentée la franchise. Elle a ensuite été brièvement appelée les Dallas Rangers mais cela fut rapidement contesté par une équipe de ligue mineure de baseball qui portait le même nom. Le 19 mars 1960, la NFL annonce officiellement la création des Dallas Cowboys. Ils seront domiciliés dans le stade “Cotton Bowl” à Dallas, TX.

Le cas “Hail to the Redskins”


Une belle légende se bâtit aussi sur des anecdotes. Celle qui va suivre est à la fois cruciale pour la naissance des Dallas Cowboys, mais est aussi à l’origine de la féroce rivalité qui opposent les Cowboys aux Redskins de Washington.

Pour avoir le droit de créer une franchise NFL à Dallas, Murchison a du obtenir un vote unanime de l’ensemble des propriétaires de l’époque. Il faut bien comprendre qu’en 1960, aucune franchise professionnelle de football n’existe en NFL au sud de la capitale fédérale. En tout cas, plus depuis la tentative avortée de 1951 et la mort en deux ans des Dallas Texans (à ne pas confondre avec ceux de l’AFL et de Lamar Hunt). Du coup, le marché du sud du pays était, de fait, dominé par les Washington Redskins. Leur propriétaire, George Preston Marshall ne voyait donc pas vraiment d’un bon œil le développement d’une franchise à Dallas qui lui aurait ravi le soutien et surtout l'argent des fans du sud. En toute logique, il s’opposa à la création de l’équipe. Un désaccord insoluble entre les deux hommes d’affaires qui dura jusqu’à ce qu’ils s'entendent pour remplacer la création d’une franchise texane par la revente des Redskins.

Oui oui, vous avez bien lu. A ce stade, les fans des deux camps ont du tomber de leur chaise donc je leur laisse le temps de remonter dessus… et je confirme que nous étions à deux doigts de voir Murchison racheter les Redskins plutôt que de créer les Cowboys. Mais le deal va capoter. Marshall décide de changer les termes du contrats au dernier moment, rendant Murchison furieux. La vente est annulée et le pétrolier texan semble interdit de séjour en NFL.

Mais c’était sans compter la délicieuse fourberie de la nature humaine qui va faire rebondir tout cela. Vous connaissez peut-être tous le fameux « Hail to the Redskins », chant fièrement entonné par les supporters de D.C. et qui est indissociable de l’image de la franchise. Et bien sans ce chant, les Cowboys n’existeraient peut-être pas aujourd’hui.

Pour d’obscures raisons, une dispute éclata entre Marshall et l’auteur du chant, Barnee Breeskin. Lors du conflit avec Murchison, Breeskin y vit une façon de prendre sa revanche. Ni une, ni deux, il proposa les droits du chant à Murchison. Ce dernier accepta bien joyeusement et retourna tout sourire à Washington pour menacer Marshall de lui interdire de jouer “Hail to the Redskins” pendant les matchs. Sans aucun échappatoire légal, Marshall doit abdiquer et accorde son vote favorable à la création d’une franchise NFL à Dallas en échange de la restitution des droits d’exploitations du si précieux chant de combat. Murchison vient de remporter le droit de fonder les Cowboys et vient aussi de créer une rivalité qui est encore aujourd’hui une des plus virulentes de ligue, si ce n’est du sport américain.

Le staff fondateur

Tex Schramm, Tom Landry, Gil Brandt
De gauche à droite : Tex Schramm, Tom Landry, Gil Brandt, le trio qui a façonné les Dallas Cowboys

Tout en haut de l’organigramme fondateur on trouve donc le propriétaire Clint Murchison Jr. Pour des raisons financières, il partage ses parts avec Bedford Wynne (le frère du fondateur des parcs d’attractions Six Flags), même si ce dernier n’est que peu impliqué dans la franchise.

De toute façon, Murchison s’immisce relativement peu dans la gestion des Cowboys. Il préfère s’entourer de spécialistes et les laisser à la manoeuvre. Dans cette optique, il embauche le premier Président et Manager Général de la franchise au prénom évocateur, Texas “Tex” Schramm.

Malgré son prénom, Tex Schramm est né en Californie. Membre du staff des Los Angeles Rams, il postula pour la direction des opérations des Cowboys dès 1959 et les premières rumeurs de création. Présenté à Murchison par le propriétaire des Chicago Bears, George Halas, Schramm fut embauché avant même l’attribution par la ligue d’une franchise à Dallas. 

Murchison signa aussi une seconde personne dès le 27 décembre 1959. C’est probablement la meilleure décision qu’il ait pris pendant toute sa carrière à la tête des Cowboys. Il embaucha et nomma head coach le légendaire homme au chapeau, Tom Landry. Épaulé par le recruteur en chef Gil Brandt (qui travaillait avec Schramm à L.A.), ces deux là vont façonner la franchise pour les 20 ans à venir.

1960 - Les premiers Cowboys, des débuts difficiles


Forcément, qui dit nouvelle équipe dit des premières saisons compliquées. Et on commence fort en 1960 pour la saison inaugurale car les Cowboys ayant été créés trop tard pour participer à la draft universitaire classique (tenue le 30 novembre 1959), ils vont devoir constituer leur effectif via une draft d'expansion organisée le 13 mars 1960.

Le principe est d’offrir la possibilité au staff des futurs Cowboys de piocher dans les effectifs actuellement sous contrat des autres franchises NFL. Sensée garantir une certaine compétitivité immédiate de la nouvelle équipe, c’est une méthode qui va surtout conduire à ce que le roster 1960 soit essentiellement composé des joueurs “dispensables” des 12 autres franchises. Le mode opératoire de cette draft est le suivant : chacune des franchises doit fournir une liste de 25 joueurs susceptibles d’être choisis. Les Cowboys (en fait, les Rangers à ce moment là pendant encore quelques jours) devaient en choisir 3 par franchise pour un total de 36 joueurs qui formeront le premier roster de leur histoire. Dans cette liste, 22 joueurs seront finalement actifs, 11 ne jouerons qu’une seule saison pour Dallas, 8 ne jouerons que deux saisons et seulement 3 resterons quelques années.


Don Meredith Dallas Cowboys
Don Meredith
Quarterback (1960-1968)
Mais Murchison était rusé et s’était arrangé pour faire signer juste avant la draft universitaire fin 1959 un contrat conditionnel à un jeune joueur, le quarterback Don Meredith. Ce contrat stipulait qu’il viendrait jouer à Dallas si la franchise était effectivement créé. Drafté au 3ème tour par les Bears, le rookie a donc automatiquement rejoint le roster des Cowboys en 1960, les Bears recevant en compensation un choix de troisième tour pour la draft 1962. Oui je sais, c’est un peu bizarre comme concept… En tout cas, bonne pioche, Meredith sera partie intégrante des premiers futurs succès de l’équipe.

Pour sa première saison, Dallas rejoint la Western Conference de la NFL. Elle était composée des Green Bay Packers, Detroit Lions, San Francisco 49ers, Baltimore Colts, Chicago Bears et des Los Angeles Rams.

Arrive ce qui devait arriver, la saison 1960 est une longue agonie. Le premier match de l’histoire fut joué au stade du Cotton Bowl à Dallas et fut une défaite 28 à 35 contre les Pittsburgh Steelers. Le bilan final sera de 0-11-1, enregistrant une première saison sans aucune victoire ainsi que le premier match nul des Cowboys, 31-31 contre les New-York Giants.

Un long apprentissage du football


Bob Lilly Dallas Cowboys
Bob Lilly (1961-1974), linebacker (TCU), le premier joueur drafté par les Dallas Cowboys
1961 sera l’année de la première Draft NFL des Cowboys. Pour le premier tour d’un évènement en comptant alors 20, au 13ème choix total (avant dernier du tour), les Cowboys sélectionnent leur premier draftee de leur histoire : Le defensive tackle de la Texas Christian University (TCU), Bob Lilly. Le joueur passera la totalité de sa carrière chez les Boys et sera affectueusement surnommé “Mr Cowboy”. Il sera le premier joueur ayant passé l’intégralité de sa carrière parmi l’America’s team à être introduit au Hall of Fame en 1980 lors de sa première année d’éligibilité. C’est évidemment un des membres originels de la fameuse “Doomsday Defense”, il porte à ce jour la bague du 6ème Super Bowl (1972).

Mais les premières saisons sont laborieuses pour les Cowboys. La saison 1961 aura au moins le mérite de comporter la première victoire de Dallas en championnat. Après un changement de conférence pour rejoindre la Eastern Conference, Les Cowboys remportent dès la première semaine leur première victoire. 27 à 24 contre les Pittsburgh Steelers. Cette saison se clôturera sur un bilan de 4-9-1. Ensuite, de 1962 à 1964, les bilans négatifs s'enchaînent, 5-8-1, 4-10, 5-8-1 jusqu’à la première saison à l’équilibre, 1965, avec 7 victoires et 7 défaites.

Les premiers playoffs


Les efforts du coach Tom Landry commencent à porter leurs fruit. La franchise s’est patiemment construite autour de joueurs leaders qui font oublier les choix par défaut de 1960. Le quarterback Don Meredith se voit adjoindre le running back Don Perkins, qui fut élu Rookie of the Year en 1961, ainsi que le receveur Bob Hayes en 1965. Défensivement, en plus de Bob Lilly, les Cowboys s’enrichissent de deux linebackers clefs pour la Doomsday Defense. Chuck Howley, échangé avec les Bears en 1961 et Lee Roy Jordan, drafté au premier tour en 1963. Deux futurs Super Bowlers. Des joueurs qui forment véritablement l’ossature des futures conquêtes texanes.

Playoff Bowl 1965 Dallas Cowboys Baltimore Colts
Playoff Bowl , 6 janvier 1966 - Don Meredith (QB) au centre
En 1965, pour la première fois de son histoire, les Dallas Cowboys, en se plaçant deuxième de la Conférence Est derrière les Cleveland Browns, obtiennent un ticket pour la post-saison. A l’époque, il existait une rencontre pour désigner le numéro de trois de la ligue et qui se tenait après le NFL Championship Game, la finale du championnat. Il s’agissait du Playoff Bowl Game. L’affrontement eu lieu à Miami, Floride, dans le stade universitaire de l’Orange Bowl. Malheureusement, les Cowboys s’inclinèrent lourdement face aux Baltimore Colts 35 à 3. Mais deux objectifs ont tout de même été remplis cette année là. Ne pas avoir une saison négative et apparaître en post-saison.

En 1966, plusieurs nouvelles étapes importantes sont franchis. Pour commencer, ce fut la première saison à bilan positif de leur histoire. Un superbe 10-3-1 qui les propulsent en tête de la Conférence Est pour le premier titre de leur histoire. Vous l’aurez compris, avec cette première couronne, les Dallas Cowboys ont aussi remporté le droit d’aller tenter de conquérir le titre NFL en affrontant les Green Bay Packers. Le rencontre sera haletante et le finish à la hauteur des attentes du public. Après s’être approché à 2 yards de la end-zone des Packers, Don Meredith, sur un quatrième down et après s’être échappé d’un sack qui semblait inévitable, force une passe qui termine dans les bras du safety Tom Brown. Avec 28 secondes restant au compteur, les Cowboys doivent s’incliner 34 à 27.
Action à 3:50 sur cette vidéo

A noter tout de même que cette saison marquera le début d’une série de huit apparitions consécutives en post-saison ce qui constituera un record NFL. Ce record ne sera battu que par les Cowboys eux-mêmes en réalisant 9 apparitions consécutives de 1975 à 1983.

Tex Schramm, l’artisan de la paix


De gauche à droite : Art Modell (Propriétaire des Browns), Pete Rozelle (Commissaire NFL), Tex Schramm (GM des Cowboys), Milt Woodard (Président AFL) et Lamar Hunt (Fondateur AFL et propriétaire des Chiefs)
Prenons une minute pour saluer un accomplissement qui façonnera à jamais le visage du football. En effet, en 1966, le Président et Manager Général de la franchise, Tex Schramm, rencontre en secret le fondateur de l’AFL, la ligue concurrente, Lamar Hunt. Tout cela dans le dos du commissaire de l’AFL, Al Davis (oui, le même qui fut propriétaire des Oakland Raiders), hostile à tout rapprochement.

Après plusieurs mois de négociations, le 8 juin 1966, une déclaration commune est faite. La NFL et l’AFL fusionneront et, à l’issu de la saison 1969, deviendront une seule et même ligue. C’est un séisme dans le paysage footballistique de l’époque et c’est ce qui permettra à ce sport de consolider jusqu’à ce jour sa position dominante.

Si les calendriers des deux ligues resteront donc séparés jusqu’en 1970, c’est bien en 1966 que se tiendra le premier match inter-ligue visant à sacrer un champion parmi les tenants des titres NFL et AFL. Ce match fondateur, connu en premier lieu sous le nom de AFL-NFL World Championship Game, surnommé Supergame,  fut remporté par les Greenbay Packers (NFL), et leur coach Vince Lombardi, face aux Kansas City Chiefs (AFL) 35 à 10 et eu lieu… au Cotton Bowl de Dallas. Vous l’aurez compris, ce match est aujourd’hui connu sous le nom de Super Bowl I.

A la lecture de ce paragraphe on comprend à quel point les Dallas Cowboys sont liés à l’histoire même de ce sport. Un Président-GM, Tex Schramm, artisan de la NFL moderne, un premier Super Bowl qui se tint à Dallas bref, si quelqu’un en doutait encore, les Cowboys, malgré leur création tardive, se sont rapidement imposés comme une franchise incontournable et comme de véritables façonniers du football lui-même.

Un décennie qui fini en beauté


1967 est marqué par une nouvelle expansion de la NFL et la création de deux divisions par conférence. Les Dallas Cowboys sont placés dans la Capitol Division de la conférence Est. Ils domineront rapidement les débats et avec un bilan de 9-5 ils remporteront même la Conférence Est en écrasant les Cleveland Browns 52 à 14. Cela leur offrit la possibilité de participer à la finale NFL face aux Green Bay Packers. Malheureusement, ils seront battus 21 à 17 au Lambeau Field et ne pourront donc pas participer au Super Bowl II (selon la dénomination moderne toujours). Ce match restera cependant dans l’histoire en raison des conditions climatiques particulièrement atroces. Avec une température moyenne de -26°C, la 35ème finale NFL fut baptisé “Ice Bowl” par la presse.
Ice Bowl Cowboys Packers 1967
Le TD gagnant du Ice Bowl, 1967. Un QB sneak d'un yard par Bart Starr (Packers)

C’est aussi l’année d’une autre annonce importante. Clint Murchison Jr., toujours propriétaire de la franchise, commençait à constater que les abords du Cotton Bowl étaient de plus en plus dangereux et mal famés. Cela ne correspondait pas à l’image qu’il voulait donner au public et ne cadrait pas avec ses ambitions. Ainsi, deux matchs avant la fin de la saison 1967, il annonça officiellement la construction d’un nouveau stade pour accueillir les Cowboys : le Texas Stadium. Après s’être vu refuser la construction au centre de Dallas par le maire de l’époque, Erik Jonsson, il jeta son dévolu sur la proche banlieue d’Irving, TX. Le futur stade sera caractérisé par un grand nombre de loges luxueuses louées à l’année ainsi qu’un toit partiel unique en son genre en NFL à l’époque. La fin des travaux est prévue pour la très importante saison 1970, année de la fusion NFL-AFL.


1968 et 1969 refermèrent la première décennie des Cowboys sur d’excellents bilans, respectivement 12-2 et 11-2. Toutefois, les deux participations aux finales de conférence seront malheureuses pour Dallas qui ne retournera pas défendre ses couleurs en finale NFL.

1969, c’est aussi une page qui se tourne parmi les premiers Cowboys. Don Meredith, le quarterback emblématique de l’époque et dernier joueur actifs du premier roster de 1960 annonce sa retraite.

Un embryon d’America’s Team


Les débuts auront donc été laborieux pour Dallas avec un premier groupe de joueurs recrutés dans l’urgence et 5 saisons pour atteindre un bilan équilibré. Mais neuf ans plus tard, la “Doomsday defense” commence à faire parler d’elle et les choix de l’emblématique Tom Landry semblent de plus en plus judicieux. Fiers de leur nouveau stade, les Cowboys sont prêts à se lancer dans les années 70 et à batailler dans une grande ligue NFL unifiée. Les bases sont solides et les coeurs sont vaillants pour partir à la conquête de leur premier Super Bowl… mais ça, c’est une autre histoire.


Les années 30 : Giants | Redskins Eagles |
Les années 40 : Giants Redskins Eagles |
Les années 50 : Giants Redskins | Eagles |
Les années 60Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 70 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 80 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 90 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 2000 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys
Les années 2010 : Giants | Redskins | Eagles | Cowboys

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.