Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Jimmy Garoppolo, successeur de Tony Romo ?

Jimmy Garoppolo Eastern Illinois
Même les indéfectibles soutiens de notre quarterback, dont je fais parti, l'avouent sans détour. Les Cowboys doivent maintenant préparer l'après Romo. A 33 ans, le numéro 9 entame la dernière partie de sa carrière et il est à peu près certain que dans 3 ou 4 ans maximum, il devra passer la main. Dès lors, la bonne solution ne serait-elle pas de trouver dès maintenant la bonne recrue qui, après une période de maturation, sera à même de prendre la relève ? Dans la perspective de la Draft 2014, un nom se dégage plus que d'autres.

Un parcours tellement similaire


Ce nom, c'est celui du senior Jimmy Garoppolo. Et ce qui frappe dans un premier temps, c'est l'énorme similitude dans le parcours et dans le style entre lui et Tony Romo.

Même fac pour commencer. Celle d'Eastern Illinois (FCS). Une université qui ne fait pas parti du sacro saint BCS ce qui rend de fait ses joueurs plus anonymes. Si Romo n'a d'ailleurs jamais été drafté malgré de très bonnes stats, c'est avant tout à cause du niveau général assez faible dans la conférence (Ohio Valley Conference). Mais le recordman qu'était Romo a vu ses marques battues. Garoppolo a en effet établi de nouveaux records en yards lancés, en touchdowns marqués en carrière et en touchdowns par saison. Ça... c'est fait.

Toujours dans les similitudes, les deux QB ont décroché le Walter Payton Awards. C'est une récompense décernée au "joueur offensif le plus extraordinaire" dans la division de la NCAA dont fait partie la conférence d'Eastern Illinois. Obtenu par Garoppolo à la suite d'une saison épique avec 5,050 yards de lancés pour 53 TD... Romo l'avait décroché en 2002.

Un style de jeu comparable


Est-ce le produit du coaching de EIU, en tout cas, le profil des deux hommes est proche. Loin des RGIII, Wilson ou Kaepernick, il s'agit d'un type de QB "à l'ancienne". La read-option, si cher à certains programmes populaires en BCS, n'est pas vraiment sa tasse de thé. C'est essentiellement un pocket passer conditionné par beaucoup d'alignement en shotgun. Plutôt positionné comme un général, il est habitué à faire confiance à ses receveurs après avoir décortiqué les défenses adverses.

S'il n'est pas un QB coureur, cela ne signifie pas pour autant qu'il n'a pas de bonnes jambes. Il dispose en effet de très bons appuis qui, combinés à son excellente vision du jeu, lui confèrent, comme à Romo, de très bonnes capacités d'évasion de la poche.

Concernant son bras, c'est sa rapidité qui impressionne. En effet, sa qualité première de passeur vient de la rapidité avec laquelle il est capable de lancer la balle.

Enfin, tout le monde salue ses qualités de meneur d'hommes ainsi que sa "short memory", c'est à dire sa capacité à se remettre dans le match immédiatement après un échec.

Jimmy Garoppolo au Combine 2014

Mais alors, quels sont ses défauts ?


Encore une fois, le comparaison avec Tony Romo est flagrante. Leur gros défaut à tout les deux est tout d'abord physique. En effet, que se soit la taille ou la force du bras lanceur, il n'y pas de quoi sauter au plafond. Les qualités athlétiques font partie des choses à travailler pour Garoppolo. Heureusement, la vitesse est là pour compenser.

Ensuite, sa précision a encore besoin d'être ajustée dans les lancés sous pression. Etant donné qu'il évolue dans une conférence où les défenses peinent souvent à être compétitives, il n'a pas assez enduré de défensives agressives pour que les automatismes soient là.

Enfin, très coutumier d'un style très west-coast offense, il devra faire l'effort de s'adapter à des situations de jeux plus variées et notamment à des carnets de jeux qui ne seront plus basés à 80% sur du shotgun.

Quelle place dans le roster des Cowboys


Comme je le disais en introduction, l'heure est à la préparation du futur au poste de QB. Toutefois, il n'y a pas d'urgence immédiate, c'est pourquoi les Cowboys ne risquent pas d'aller tenter un trade-up pour récupérer Teddy Bridgewater ni même le si vénéré Johnny Manziel. Pour le dernier, ce n'est pas un mal selon moi d'ailleurs, même si j'ai conscience qu'il a surement beaucoup de fans dans la Cowboys Nation.

Nous y reviendrons, mais le premier tour de draft sera très probablement utilisé pour renforcer la DL. Cela nous donne, au mieux, un second tour de draft pour se dégoter un QB qui serait l'avenir de la franchise. Ça tombe bien, la plupart des analystes annoncent Garoppolo au second tour.

Certes, il n'est pas NFL ready actuellement. Mais justement, c'est pour cette raison qu'il pourrait très bien descendre jusqu'au second choix des Cowboys. Ce serait alors un véritable pari sur l'avenir puisque la perspective serait ni plus ni moins que d'en faire le dauphin de Romo. Nous pourrions tabler sur environs 3 ans de formation avec un quarterback au profil similaire. Une formation sans pression inutile (je serais même d'avis de garder un vétéran QB comme backup et de laisser Garoppolo en QB#3), dont l'objectif serait le renfort des qualités déjà présentes ainsi que le développement physique du jeune joueur.

Interviewé lors du Combine a côté d'autres QBs, Garoppolo sort tout de même du lot en terme d’intérêt. Alors je ne dis pas que c'est ce qui arrivera, mais il est certain qu'il doit être noté en rouge dans les tablettes de Jerry Jones. Rendez-vous le 9 mai pour en avoir le cœur net.

1 commentaire:

  1. garoppolo ou Murray ou mccarron en qb2 ou 3 c'est une bonne garantie si romo flanche ou pour dans 2-3ans.Merci j'aimerais vraiment voire garoppolo a dallas.

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.