Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Echappée belle

Week 9 : Viking 23 - Cowboys 27




Les Cowboys se sont dépassés in extremis pour arracher une victoire précieuse. Alors que l’attaque et Romo en tête ont titubé durant tout le match, ils ont réussi un dernier drive idéal pour se sortir du gouffre dans lequel ils avaient lentement plongé. Ouf ! 


Une attaque très pâle


Décidément, l’attaque a bien du mal ces derniers temps à trouver un quelconque rythme. En première mi-temps les Cowboys ont bien avancé la balle sur leur premier drive, sans pour autant inscrire de touchdown. Mais derrière, ce fut de mal en pie. Alors que les quelques courses de Murray en début de matchs furent plutôt convaincantes, Bill Callahan décida d’abandonner totalement la course par la suite. Quelques courses n'avaient certes rien donné mais on peut supposer que la course ne faisait de toute façon pas partie du pan de jeu, c’est d’ailleurs ce qu’a signalait à demi-mots Romo en conférence d’après match. OK, les Vikings se présentait avec une défense à la passe catastrophique mais vouloir les attaquer directement sur leur faiblesse était certainement une idée trop simpliste. 

En tout cas cela n’a pas du tout fonctionné. La ligne offensive a eu du mal à contenir les assauts de la défense de devant des Vikings et lorsque Romo trouvait le temps pour lancer on assistait soit à des imprécisions de plus en plus fréquentes ces temps-ci, soit à des drops des receveurs. Car ce match fut un festival de drops. Et tout le monde a montré sa maladresse, que ce soit Beasley, Williams, Bryant et même Witten, tous ont fait tombé au moins un ballon dirigé vers leurs mains. 

Bref, cette attaque pâle s’est réveillée au moment où il le fallait c’est à dire sur le dernier drive avec moins de deux minutes au chronomètre. Et c’est le moment qu’avait choisi Romo pour devenir exceptionnel. Car ce dernier drive de 90 yards est un exemple. Il a su trouver les receveurs démarqués, jeter la balle en touche lorsque la solution était inexistante, et enfin se dégager de la pression adverse pour adresser la passe libératrice à un Harris disponible au centre. Un drive à l’exact opposé de tout ce qu’il avait montré durant le match : étincelant. 

Une défense discrètement décisive


Mais si Romo et compagnie ont eu la chance d’assigner ce dernier drive dévastateurs pour leurs adversaires, c’est grâce à une défense pour une fois décisive en toute fin de match. Ce n’est pas un turnover ou un sack, mais tout simplement un three and out ! Alors que les vikings récupéraient la balle après une interception de Romo dans ce qui aurait pu être le dernier drive de l’attaque des Cowboys. La défense a réussi ce qu’elle avait du mal ces derniers temps à réaliser :ne concéder aucun yards en fin de match. Redonner la balle à l’attaque était une aubaine, qui permit à Romo de se rattraper. M’enfin lorsque vous demander à votre quarterback lancer 51 fois et de terminer le match par 20 passes d’affilée, soit autant de décision à prendre sous la pression, vous acceptez aussi une interception qui statistiquement devra arriver.

Ce stop de la défense est donc l’apogée d’un match tout à fait réussi. Certes Adrian Peterson a fini par faire craquer la fermeture éclair qui avait parfaitement contrôlé l’homme le plus explosif de la NFL. Mais le plus tard était le mieux, et ce ne fut que dans le dernier quart temps. On peut regretter une pression relativement faible sur le QB adverse, mais quand vous devait faire face à un tel running back mieux vaut ne pas se livrer à corps-perdu. La défense à la passe s’en est ressentie avec des passes assez faciles pour Ponder sur des bootleg ou play action. 

Mais au delà de tout le reste, la défense a permis à l’attaque d’avoir une dernière fois la balle, pour la victoire. Scandrick s’était même fait remarquer par une interception concluant un match d’une grande qualité dans la couvertue et en stoppant également Ponder qui courait pour un premier down dans ce fameux avant-dernier drive. Le match se terminait par un sack et un fumble non récupéré de Brown, dernier arrivé cette semaine d’une ligne défensive anonyme mais efficiente. Voilà à quoi doit ressembler la défense de Monte Kiffin ! Et c’est certainement ce qu'il a dû se dire lorsqu’il délivrait un clin d’oeil à son associé en cabine alors que sa défense venait de stopper les Vikings tentant une quatrième tentative au sol. C’était plus que symbolique pour une défense qui avait concédé un nombre de yards impressionnant ces dernières sorties. 


Cette semaine Dallas nous a fait peur, comme bien souvent. Romo a attendu le dernier moment pour montrer sa véritable valeur, ce qui nous rappelle quelques fins de match insoutenables de l’année dernière. Il lui reviendra le crédit principal de cette victoire précieuse, lorsqu’on sait que les poursuivants de la division ont gagné ce week end. Mais pour avoir été sévère avec la défense ces derniers temps c’est à elle que j’aimerais dédier cette victoire car sans paillette ni éclats ils ont simplement permis de donner une dernière chance à l’équipe, et à Romo de faire ce qu'il a régulièrement réalisé ces dernières années. Les faire gagner, lors d’une dernière échappée. Belle. 

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.