Header Ads

Jay Ratliff coupé

Jay Ratliff Dallas Cowboys coupé
L'information est tombée cette nuit. Le nose-tackle Jay Ratliff, inscrit sur la PUP List depuis le début de la saison a finalement été libéré par les Cowboys. C'est la fin d'un feuilleton médical à suspense et un aveu d'échec de la part de Jerry Jones qui avait parié sur un retour de Ratliff en cours de saison.

Jay Ratliff avait été drafté en 2005 au 7ème tour en provenance d'Auburn. Il finira sa carrière chez les Cowboys avec 228 tackles, 27 sacks et 4 forced fumbles. Joueur de poids s'il en est, il a apporté beaucoup à la ligne défensive pendant des années et était la pierre angulaire de la pression défensive.

Malheureusement, les deux dernières années ont été émaillées de nombreuses blessures qui l'ont conduit à ne jouer que 6 rencontres en 2012. Malgré cela, en 2011, le front office (enfin... Jerry Jones) lui proposait une extension de contrat de 7 ans pour plus de $40 millions dont $18 millions garantis. Il faut donc bien voir que, même si des signes de problèmes physiques commençaient à apparaître, Jones a pris le pari d'un rétablissement rapide et a donc voulu sécuriser la présence du meilleur lineman défensif de l'époque. 2 ans plus tard et avec une saison 2013 vierge de toute apparence du joueur, le pari est perdu. Pire, toujours dans la même optique et pour faire de la place dans le cap en mars dernier, Ratliff a vu une part de $3.66 millions de son salaire annuel (qui était de $5 millions) converti en bonus garanti. Encore de l'argent perdu.

Alors évidemment, ça tire de tous les côtés sur Jerry Jones, arguant le fait que c'est beaucoup d'argent perdu pour un joueur qui n'a que très peu joué depuis son extension de contrat pourtant non nécessaire à l'époque. En toute objectivité, vu d'aujourd'hui, c'est vrai que c'était une grosse erreur. La vrai question, qui avait déjà été posée à l'époque, c'était pourquoi se presser alors que le joueur avait encore 2 années de contrat. Même dans un contexte de reconstruction défensive, c'est l'année d'arrivée de Rob Ryan aux commandes d'une escouade franchement pas au mieux de sa forme, on ne voit toujours pas l'intérêt d'avoir sorti le chéquier sans attendre un an ou deux.

Mais pour moi, la grosse erreur c'est surtout de l'avoir conservé cette année. Après avoir passé une saison 2012 à déplorer ses blessures, après s'être fait diagnostiquer un problème important aux ischio-jambiers, la décision la plus sage aurait été de laisser partir le joueur à l'inter-saison pour faire de la place en vue d'un recrutement. Jay Ratliff lui même (ou en tout cas son agent) a toujours dit qu'il mettrait du temps à revenir, plus de temps que ce que les dirigeants de la franchise espéraient.

Dans tout les cas, la décision est enfin prise. Mais c'est tout de même la fin d'une belle épopée car il ne faudrait pas oublier toutes les bonnes années qui ont précédé tout ce drama économico-médical. A voir maintenant quelle sera la suite pour Ratliff. Médicalement parlant, il est très peu probable de le voir jouer cette saison, mais peut-être trouvera-t-il preneur en 2014-2015, même s'il entrera dans sa 34ème année.

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.