Header Ads

Premier bilan de la pré saison 2013

En comptant le Hall of Fame Game, c'est déjà trois matchs de pré saison qui sont dans les livres. Même si les choses sérieuses ne commencent que le 8 septembre, nous pouvons déjà, à ce stade, tirer quelques enseignements de ce que nous avons vu. L'objectifs de cet article est donc de dégager les motifs de satisfactions (si si, il y en a...) mais aussi d'inquiétudes, secteur par secteur. Je citerai plutôt les deux derniers matchs dans les statistiques en occultant volontairement le HoF Game, tout simplement parce que les titulaires n'y étaient quasiment pas et que cela reste un match "à part" dans la préparation.

Des capitaines de navire en forme


Tony Romo Dallas Cowboys Arizona Cardinals
N'en déplaise à ses détracteurs, notre QB#1 fait des débuts très solides. Tony Romo, sur les deux derniers matchs, c'est 13 passes sur 18 de complétées pour 230 yards et 0 interception. Aucun TD malheureusement, c'est vrai, mais on ne peut que saluer l'efficacité et le précision de celui sur qui va encore reposer beaucoup d'espoir (et qui essuiera encore le plus de critique en cas d'échec...) pour l'ensemble de la franchise.

Pour le remplacer en cas de pépin, c'est à Kyle Orton que l'on pense immédiatement. Le vétéran ne devrait pas être inquiété dans sa place de backup et ce, malgré des performances en demi-teinte. Un taux de complétion satisfaisant, certes, mais les 2 interceptions lancées contre les Cardinals étaient particulièrement laides. Mais la véritable question maintenant est de savoir si Dallas va conserver 2 ou 3 QB dans son roster. Pas mal de monde penchent pour 2 mais personnellement, je vais parier sur 3. La raison ? Il serait à mon avis dommage de laisser filer Alex Tanney.

Alex Tanney Dallas Cowboys Arizona Cardinals
Undrafted en 2012 en provenance d'une obscure fac en ligue mineure (Monmouth), le joueur a végété chez les Chiefs avant d'être signé cette année par Dallas. Je ne vais pas vous dire qu'il s'agit là de la future star de l'America's Team, trop tôt pour ça, mais quand même, 14/19 pour 136 yards et 1 TD contre Arizona, ça mérite qu'on lève un sourcil ou deux. Alors certes, il n'est pas véritablement encore NFL ready et se montre trop inconsistant sur le long terme, en témoigne son match horrible contre Oakland (1/6, 8 yards), mais la précision de son bras et surtout, le sang froid et l'agilité dont il fait preuve lors des ses déplacements dans et à l'extérieur de la poche témoignent d'un potentiel plutôt intéressant. S'il confirme samedi contre les Bengals, Tanney a, selon moi, toute les chances de gagner sa place dans le top 53 à venir, ne serait que parce que les dirigeants voudront voir ce qu'un peu de développement peut faire à ce gars là.

Un jeu de passes encourageant


Dez Bryant  Dallas Cowboys Oakland Raiders
L'une des raisons de la bonne forme de Romo, c'est l'entente quasi parfaite dont lui et Dez Bryant font preuve. 129 yards au compteur pour l'ancien joueur d'Oklahoma State. Rapide, physique, Bryant semble enfin à la hauteur de son potentiel affiché depuis sa draft en 2010. Même si un petit soucis de pouce se fait de plus en plus insistant, rien n'indique que cela devrait affecter ses performances. S'il reste en forme, le duo Romo/Bryant pourrait bien constituer la pierre angulaire de l'attaque des Cowboys cette saison.

Pour le reste du corps des WR, c'est un peu tôt pour se prononcer. Beaucoup de turn over à ce poste et le temps de jeu n'est, à mon avis, pas encore significatif. Mais c'est le jeu, et certains doivent briller immédiatement pour espérer survivre, même s'ils ne participent qu'à très peu de snaps. C'est le cas par exemple de Terrance Williams. Considéré comme une bonne pioche lors de la dernière Draft, le joueur issu de Baylor peine franchement à convaincre. Manque de vitesse, défaut dans les courses, une capacité assez réduite à faire les cuts dans le bon timing, Williams n'a pas (encore ?) trouvé sa place. Heureusement, Miles Austin, reste un bon filet de sécurité et si Dwayne Harris a eu les mains quelque peu glissantes pendant le dernier match (on ne reviendra pas sur le festival de turn-overs qui me hante encore la nuit...), il devrait pourtant continuer à progresser et à s'installer durablement dans le roster.

Gavin Escobar Dallas Cowboys
Coté Tight End, Gavin Escobar a enfin fait son match référence contre Arizona. 5 réceptions, 32 yards et 1 touchdown. Par rapport à son temps de jeu et aux passes qui lui étaient destinées, c'est une réussite. Le jeune joueur, plutôt absent jusque là, devra toutefois se rendre plus disponible s'il veut espérer piquer la place de TE#2 à James Hanna. En tout cas, d'une manière générale, le corps des TE a vraiment belle allure. Et il vaut mieux, car les Cowboys, qui en possèdent pour l'instant 6 dans leur roster, vont beaucoup miser sur eux. La formation à double TE est maintenant la base et il n'est pas rare d'en voir 3 alignés en même temps. Il est peu probable que les 6 survivent aux coupes finales, mais on est à peu près sur de voir Jason Witten, James Hanna, Gavin Escobar et Dante Rosario (déjà estampillé meilleur blocking TE de l'équipe) porter l'uniforme en septembre.

Au sol, ça piétine


Beaucoup moins encourageant, le jeu au sol. On sait que le manque de variété offensive a été très préjudiciable à l'attaque des Cowboys la saison passée. En grande partie lié à une réelle faiblesse de la ligne offensive, l'intersaison est sensé avoir renforcé ce handicape. Pourtant, avec 70 yards au sol contre les Raiders et 44 contre Arizona, ce secteur de jeu est tout sauf à la fête.

Travis Frederick Dallas Cowboys
L'arme lourde de l'OL s'appelle Travis Frederick. Le Center de plus de 140 kilos est sensé faire oublier la catastrophe vécue à ce poste l'année dernière. La bonne nouvelle, c'est que cela semble une bonne idée. Déjà titulaire indiscutable, Frederick rempli sont rôle à merveille et le choix pourtant très critiqué des dirigeants apparaît ici comme validé dans le jeu. Problème, c'est en gros la seule chose qui fonctionne vraiment dans la ligne offensive...

Bon, je suis un peu dur. Tyron Smith est en net progrès et on peut espérer que le coté aveugle de Romo dispose d'un tackle assez compétitif. Niveau guard, toujours à gauche, Ronald Leary a su tirer son épingle du jeu et gagner ses galons de starter. Malgré sa petite opération au genou, les voyants sont aux vert pour qu'il soit présent au lancement de la saison régulière. En revanche, les problèmes commencent à droite de la balle. Comment dire... c'est tout simplement mou ! Autant, en protection de passe, c'est déjà difficile, et Dieu sait que Romo en a souffert l'année dernière, mais en situation de course c'est tout simplement la débandade. A l'intérieur, difficile de se frayer un chemin, à l’extérieur, les blocks ne tiennent pas. Bref, tout le coté droit à de sérieux progrès à faire.

Lance Dunbar Dallas Cowboys Arizona Cardinals
Et du coup, les jeux de courses restent pour l'instant très anecdotiques. C'est pour moi LA déception de cette pré saison. J'attendais beaucoup de DeMarco Murray et Joseph Randle. Dallas a désespérément besoin de varier ses solutions offensives pour retirer un peu de pression des mains de Romo. Au lieu de ça, on s'achemine tranquillement vers un jeu au sol aussi erratique que l'an passé. Faite moi mentir les gars, vraiment, je ne demande que ça... Surtout que Lance Dunbar bataille ferme pour le poste de backup de Murray et qu'il a montré de belles choses tant à l'entrainement que sur le terrain. Mais pour l'instant, je suis très pessimiste sur ce secteur.

Un Front-7 en forme


DeMarco Murray Dallas Cowboys
Repartons un peu sur des notes plus positives. La DL est un sujet d'inquiétude en raison des nombreuses blessures c'est vrai. Pourtant, si la défense de Dallas est pour l'instant plutôt un motif de satisfaction, c'est que la DL tient bien sa place. A commencer par DeMarcus Ware. La transition OLB / DE se passe a merveille et, malgré son faible temps de jeu, il nous ferait presque oublier qu'il n'a pas toujours joué à ce poste. Toujours dans les DE, la signature de George Selvie apparaît comme une très bonne chose. En effet, il a très largement participé à la belle pression infligée par le front-7 à l'attaque d'Arizona. J'aime la puissance que dégage tout le bloc avant de la défense et j'aime aussi le play calling souvent agressif qui lui correspond.

Concernant les linebackers, nous avons d'un coté le solide qui confirme, Sean Lee, et de l'autre le petit nouveau qui brille, DeVonte Holloman. Pour Lee, pas de surprise, on attend beaucoup de lui dans un système qui lui confère un rôle central, au propre comme au figuré, dans la défense. Pour le second, il a tout simplement été présent partout lors du dernier match et qui affiche déjà 2 interceptions en 2 rencontres. Un 6ème tour de draft 2013 qui, s'il confirme sa bonne forme, pourrait bien être la bonne pioche défensive de l'année pour Dallas.

Des DB encore un peu léger


C'est l'autre sujet déception pour moi, les defensive backs. Ça fait plusieurs années qu'on se traîne un véritable problème à ce niveau là, c'est même à se demander pourquoi les adversaires ne se contentent pas de balancer loin derrière tellement Dallas fait preuve de fébrilité dans ce secteur de jeu.

Un motif de réjouissance pourtant, le cornerback Brandon Carr. Il me semble dors et déjà beaucoup plus fiable que l'année dernière. Très physique dans ses contacts, souvent dans le bon timing, ça nous fait au moins un joueur à ce poste sur lequel on peut compter. De son coté, Morris Claiborne, sensé être l'autre titulaire, a fait de belles séances d'entrainement mais n'a pas encore montré grand chose de fantastique en match et ce pour une bonne raison, il est blessé depuis le 6 août... Du coup, plus de temps de jeu pour Orlando Scandrick. Malheureusement, rien de vraiment encourageant pour ce dernier. Disons simplement qu'il vaudrait mieux que Claiborne soit en forme le 8 septembre...

Pour finir, les safeties. Barry Church ne sera pas contesté comme free safety c'est désormais certains. Pour l'accompagner, tout semble maintenant pointer vers le vétéran signé cette année, Will Allen. Ce duo n'est pas totalement mauvais... mais ce n'est pas non plus du top niveau. Les passes plein centre arrivent bien trop souvent dans les bras de receveurs sans aucun marquage. Globalement, les safeties me semble souvent trop figés, leur lecture du jeu apparaît comme trop attentiste. Je sais que Monte Kiffin (coordinateur défensif) base son système défensif sur de la zone coverage, mais justement, ça nécessite d'avoir des safeties bien plus réactifs que ceux que nous avons. Et je ne vous parle même pas des seconds couteaux comme Micah Pellerin, qui semble toujours parti aux champignons, ou Danny McCray qui devrait sauver ses fesses uniquement grâce à l'équipe spéciale. Je reste donc très inquiet en ce qui concerne notre ultime ligne de défense.

Same ol' same ol'


Au final, j'ai un peu l'impression qu'on pourrait reprendre une analyse d'août 2012 et retomber sur les mêmes conclusions. Oui l'effectif en attaque est encourageant, oui nous avons des gars comme Bryant ou Murray qui sont capables de beaucoup, mais tout ça semble plombé par une OL défectueuse. Alors attention, elle l'est moins que l'année dernière, ça se voit d'ailleurs au jeu de passe, mais elle dégage toujours un sentiment de fragilité très dérangeant et qui n'incite pas à l'enthousiasme débordant.

Même chose pour la défense. Malgré un changement de système, les atouts et les faiblesses restent peu ou prou les mêmes. Un front-7 fort qui peut faire saigner beaucoup d'attaques, mais un rideau secondaire trop facilement piégeable et qui manque de véritables impact players. Encore une fois, le niveau semble pourtant sensiblement meilleur chez les cornerbacks, mais la ligne de safeties me donne toujours autant de sueurs froides.

Il ne reste plus qu'à espérer que les choses vont continuer dans le bon sens et que nous seront près pour affronter New-York dans le fraîchement nommé AT&T Stadium. Sinon, le retour à la réalité sera rapide et douloureux. Rappelons le, 4 matchs contre les Giants dans le nouveau stade, 4 défaites. Ça suffit non ?

Photos : www.dallascowboys.com

Aucun commentaire

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.