Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Playoffs : De retour dans la course ?

Photo - ESPN Dallas/Fort Worth
Si mathématiquement les chances pour Dallas d'atteindre au moins le tour de Wild Cards des Playoffs n'ont jamais été nulles, on ne peut pas dire que les journalistes ou même les fans (moi le premier) aient toujours eu la foi.

En effet, après la semaine 12 et la défaite contre Washington, le bilan des Cowboys atteignait péniblement les 5-6. Dans ces conditions, et vu les énormes errements, essentiellement offensifs, comment imaginer que Dallas pourrait se qualifier en Playoffs, surtout dans une division aussi compétitive que la NFC Est.

Pourtant, trois matchs plus tard, Big D affiche fièrement 8-6 grâce à une série de 3 victoires et se trouve maintenant engagée dans une "partie à trois" avec New-York et Washington. Alors qu'en est-il des espoirs des fans ? Peut-on légitimement espérer que Dallas y parvienne et, plus important, ne s'y ridiculise pas ?

Etat de lieux


Pour répondre à cette question, il convient de tirer un bilan de l'évolution de l'équipe depuis le début de la saison. Après une éclatante victoire contre le tenant du titre, New-York, Dallas s'est rapidement retrouvée à enchainer les mauvaises prestations, retombant facilement dans ses vieux travers que sont les fautes à outrance et une ligne offensive défaillante. Sur le premier point, soyons honnête, il y a encore du travail. 8 fautes contre les Steelers, 6 contre les Bengals. Essentiellement des holdings de l'OL qui nous coûte cher, trop cher, dans les moments clefs des rencontres.

Sur le deuxième point, le plus critique à mon sens, la ligne offensive a montré beaucoup d'inconstance. Alternant de bonnes voir très bonnes performances, comme contre les Steelers ou Philadelphie, avec des séances d'écroulement total comme contre Cincinnati, pour ne prendre qu'un exemple récent. Mais la tendance est nettement à l'amélioration.

Le vrai changement est l'inversion totale des atouts de Dallas. La défense, longtemps en tête de la ligue, a été littéralement grignotée, gangrenée par les blessures. Sean Lee, Jay Ratfliff, Bruce Carter pour ne citer que les principaux. Le résultat est un niveau en chute libre dans tous les secteurs défensifs. Le pire étant la couverture de passes longues, vieux démon des Boys depuis quelques années, qui prend l'eau. A chaque fois que l'on laisse un QB adverse prendre son temps, le jeu semble indéfendable. Pour l'instant, la recette qui fonctionne est de prendre systématiquement le risque de blitzer ou tout du moins, de presser le QB, quitte à découvrir un peu le backfield. C'est bien, c'est dynamique, mais à trop le faire on se fait souvent piéger.

Mais en revanche, l'attaque a montré dimanche un visage que nous attentions tous depuis 14 matchs. Fluide, riche en alternance, précise et physique. Un Tony Romo a l'aise dans la poche mais aussi et surtout, capable de s'en extirper. Un DeMarco Murray de retour en grande forme, profitant d'un bon jour de l'OL pour aligner 5.8 yards de moyenne. Si ce n'était le fumble à 7 yards de la end-zone des Steelers, il aurait réalisé le match parfait. On pourrait continuer en louant la grande forme d'Austin ou le talent toujours aussi sûr de Witten. Une chose est sur, l'attaque était là pour palier aux problèmes défensifs.

Une équipe qui se développe


Dallas a su se trouver une qualité essentielle cette saison. Le sens de l'urgence. Je ne sais pas pour vous, mais je pense que cette année, mes nerfs et mes artères ont pris cher. Chaque victoire s'est fait à bout de souffle, au prix d'un dépassement dans le stress et la pression. Tony Romo s'imposant comme le meneur incontestable d'une attaque qui, même au plus bas de la saison, savait se sublimer pour marquer, révélant ainsi le numéro 9 comme un finisseur implacable. La différence entre le début de saison et maintenant, c'est qu'il était souvent trop tard pour remporter ces matchs serrés (New-York, Washington ...) et qu'aujourd'hui nous les gagnons (Philly, Cincy, Pittsburgh). C'est ça qui illustre le changement. C'est ça qui peut nous propulser sur la route des Playoffs. Dommage que ce réveil ait lieu face à des équipes hors division, car les points offerts plus tôt à nos rivaux vont coûter cher.

Et maintenant...

Notre calendrier nous propose Saints et Redskins. Ne vous y trompez pas, la moindre défaite sera une condamnation. Il faut finir cette saison sur 10-6 sinon, point de salut. Et ce n'est pas gagné ! Les Saints, même à la dérive, possèdent toujours en Drew Brees un atout de taille contre le défaut majeur actuel de la défense de Dallas. Idem pour Washington et son RGIII. Du coté de nos opposants, New-York fini aussi difficilement. Une période compliquée pour eux qui va les emmener du coté de Baltimore ce dimanche. Une défaite n'est pas totalement à exclure, se serait alors l'occasion, en cas de victoire de Dallas, de s'offrir une véritable finale à Washington.

Alors oui, pour moi, les espoirs sont légitimes. On y croyait plus et finalement on se réveille à deux journées de la fin à faire la une de tous les journaux et sites sportifs américains. L'America's Team peut le faire. Pour cela, pas de mystère, il faut battre nos deux adversaires restant et, même en cas d'égalité contre New-York, le Tie-Break sera pour nous, à la faveur d'un bilan intra-division meilleur que le leur. 1 seule défaite, et c'est terminé. Si l'attaque confirme sa résurrection et si on peut resserrer les boulons défensifs, alors Dallas sera là en janvier et ne fera pas que de la figuration.

4 commentaires:

  1. il est possible de perdre contre les saints si les giants perdent contre les ravens et rg3 perd contre philly, ce qui est chose tres possible.

    RépondreSupprimer
  2. C'est quand même beaucoup compter sur les défaites des autres. Et oui, je n'ai aucun mal à penser que les Giants vont se faire piéger par les Ravens. En revanche, Washington est sur une dynamique très positive, l'inverse complet de celle de Philly. Le duo RGIII/Garçon peut faire des ravages et la défense des Skins est vraiment montée en gamme. Je ne parierais pas sur une défaite... A mon avis, il va falloir aller les battre pour faire la différence en dernière semaine. Et c'est loin d'être acquis.

    Mais après tu as raisons, dans le sport, tout est possible ;)

    RépondreSupprimer
  3. Pour etre en playoffs il faudra dans tous les cas battre les Redskins, c'est mathématique;

    RépondreSupprimer
  4. on va commencer par les Saints, et en suite on auras un super match pour battre les Redskins !!, je en rêve déjà !!
    il faut pas que ça tourne en cauchemar !!!

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.