Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Un nouvelle injection

Week 10 : Cowboys 38 - 23 Eagles

Dallasnews.com

Voici, avec beaucoup de retard l'analyse de la victoire des Cowboys contre les Eagles, et ce que l'on peut en retirer pour la suite de la saison.

Dans ce duel de division le vaincu apparaitrait totalement hors course pour que que ce soit dans cette saison. Heureusement les Cowboys ont fini par l'emporter, en se réveillant avant qu'il ne soit trop tard.

Des pénalités encore et toujours 


Le match commence de la pire des manières. Les Eagles qui n'avaient pas marqué le moindre point sur leur premier drive, stoppent leur série contre les Cowboys avec un touchdown dès la première série. Et c'est surtout les erreurs de discipline de la défense qui permirent aux Eagles de scorer. En effet deux pénalités pour Offside sur Jason Hatcher lors de 3ème down offraient bien généreusement des 1er down à l'attaque des Eagles relativement bien contenue par ailleurs. Les Cowboys est l'équipe la plus pénalisée de la NFL, et cela continue... Vick trouve en coin de end zone le receveur Cooper, qui d'une main réalise son premier catch de la saison. Et quel catch ! Les premières fois ça commence à bien faire! Le match commence comme l'année dernière, pourvu qu'il ne s'achève pas de manière identique...

Heureusement les Cowboys sur leur première série offensive déroulent aussi. Avec pour notre plus grand étonnement un jeu à la course qui fonctionne plutôt bien. Felix Jones gagne des yards au sol, et l'attaque des Cowboys est équilibré. Un bon présage pour la suite. Jones termine le drive de la plus belle des façon avec un touchdown de 11 yards, sur une passe latérale de Romo. Festival de placage manqués en défense, et les Cowboys célèbrent leur touchdown.

L'attaque décline peu à peu


Par la suite Andy Reid et son coordinateur offensif jettent littéralement Vick dans la gueule du loup. Ils appèlent des actions dangereuses pour leur QB, en le faisant courir parfois sans grande nécessité. Pour être honnête j'avais l'impression qu'ils cherchaient à le blesser. Loin de moi l'idée d'être un devin, mais simplement la réflexion que lorsqu'on tient vraiment à son QB on appelle pas ce genre d'actions en début de match lorsqu'il y a égalité. Bref, Vick finira par subir une commotion cérébrale, et devra quitta le match définitivement dès le deuxième quart-temps. Nick Foles, le rookie devra prendre la relève, qui entra sur le terrain acclamé par la foule. Quant à nous, l'idée n'est pas forcément pour nous réjouir. On sait jamais ce qu'est capable de faire un rookie dans un premier match...

Après le bon premier drive les Cowboys déclinent en attaque même si Romo trouve dans la profondeur Bryant sur un blitz des Eagles pour un gros gain, permettant à Bailey de mettre 3 points de plus. La défense contient les Eagles. 10 - 7 pour les Boys.

Après la pause l'attaque des Cowboys s'éteint totalement. Deux drives, deux three and out. Deux yards de gagnés. Aïe. La course n'avance plus, la ligne est incapable de protéger Romo assez longtemps pour que les receveurs se démarquent.

De l'autre côté les Eagles en attaque se mettent en route, et Foles le rookie, trouve Maclin totalement seul pour un touchdown de 44 yards. Les Eagles passent en tête. La défense s'est totalement trouée dans la couverture ! Les Eagles ajoutent un field goal sur le drive suivant, et la tournure des événements dans ce 3ème quart nous inquiète au plus haut point. Surtout que Morris Claiborne est trop souvent pénalisé, et annule même une interception de Spencer pour un holding.

Romo au bon moment 


C'est le moment de réagir en attaque, de produire un minimum. Au moins un first down. On se dit une nouvelle fois que le salut passera par Romo, et qu'il doit prendre les choses en main. Et c'est ce que choisi Garrett, en appelant des passes vers Witten. Seulement Romo n'a pas toujours le temps et subit même un sack sur un deuxèime down. Sur une 3ème et 15, Romo se sort d'une situation impossible dont il a le secret. Il évita Babin puis un second défenseur tout en gardant les yeux devant vers ses receveurs pour finalement trouver Austin seul au dela du premier down. Improbable action, et l'espoir subsiste. Sur l'action suivante Romo trouve Bryant dans la end zone pour un touchdown de 30 yards ! Wahoo, Romo a excellé au moment le plus important du match, comme c'est souvent le cas, malgré la croyance populaire. Ce sera sa dernière passe du match. 

Dwayne Harris retournera un punt pour touchdown, puis Brandon Carr retournera une interception jusqu'à la end zone. Enfin dans une dernière tentative de désespoir des Eagles, Spencer sacka Foles sur ces 2 yards puis Dallas recouvrira le ballon tombé dans la end zone. Deux touchdowns défensifs puis un de la special team pour scellée une victoire indispensable ! 

Cette victoire redonne de l'espoir à toute la nation Cowboys. Avec une partie de calendrier nettement plus favorable devant eux, tout est possible. L'espoir est la drogue qui nourrit le supporteur des Cowboys depuis plusieurs années. Alors qu'on pensait devenir rapidement en manque, nous voici renfloués. Espérons ne pas vivre à nouveau un sevrage difficile en Janvier. 

5 commentaires:

  1. il ne faut pas oublier que les eagles sont avec le même nombre de victoires que nous, et que vick est partie à l'infirmerie (à mon gout)trop rapidement, mais , il faut dire que le début du match fut génial, maintenant il faut confirmer, bien que je reste sur mon choix de voir un nouveau head coach, pour l'année prochaine !!

    RépondreSupprimer
  2. j'oublie à demain pour commenter le match !!!
    et surement notre victoire !!!

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que lorsque l'on compare notre calendrier et celui des Giants par exemple, on se dit que oui, c'est plus favorable pour nous. Maintenant, notre équipe reste quand même un exemple d'inconstance cette saison.

    Revoir le jeu de course fonctionner est intéressant par contre, surtout avec une équipe comme Philly en face qui a un Front-7 très physique. On a cru un temps que Murray serait de retour ce soir, mais ce ne sera finalement pas le cas. Dommage, il va falloir confirmer sans lui. J'aurais bien aimé la comparaison Murray/Richardson.

    RépondreSupprimer
  4. Une stat en parlant de calendrier :
    -jusqu'ici on a eu le calendrier le plus difficile de toutes les équipes (par rapport aux records de cette saison).
    -À partir de maintenant on a le second calendrier le plus facile, seul les Steelers ont un calendrier sur le papier plus simple...

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.