Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Top 5 des joueurs sous-estimés dans l'effectif



Un journaliste de Dallascowboys.com s'est intéressé aux joueurs les plus sous-estimés de l'effectif des Cowboys. Pour cela il a utilisé différentes statistiques objectives pour voir quels joueurs dans l'équipe présentent de meilleures performances que ce que le grand publique pense généralement. Sans autres artifices. Un article d'une grande qualité qui ne pouvait échapper à Dallas Cowboys France. 
  1. Jason Hatcher
Hatcher s'est quelque peu révélé en 2011 avec 4,5 sacks (record de sa carrière) et 28 tackles. Ce succès provient d'abord car il a vu le plus grand nombre de snaps de ses 6 saisons en NFL. Mais pas seulement. Les défensive ends dans un schéma 3-4 (une ligne défensive de trois devant 4 linebackers) ne sont pas sensés produire de grosses stats. Tout de même Hatcher a enregistré une pression sur 5,2% des snaps sur lesquels il pressait le QB adverse. Ce ratio est supérieur à tous les autres de joueurs de la ligne défensive des Cowboys, dont Jay Ratliff.
  1. Sean Lissemore
Lissemore a seulement joué un quart des snaps défensifs de l'équipe en 2011, mais il a pourtant était autant efficace qu'un certain défenseur nommé DeMarcus Ware. Il a tacklé le porteur de balle sur 6,4% de ses snaps, jouant pourtant 58 % de ceux-ci contre la passe. Ce ratio est largement supérieur aux autres defensive ends, incluant le stoppeur de courses Kenyon Coleman, qui joue seulement 47,3 % de ses snaps contre la passe.

De plus Lissemore totalise 13 pressions sur le QB en 2011. Le seul defensive end qui fait mieux est Hatcher, mais lui, Coleman et Marcus Spears ont tous joué plus de snaps que Lissemore.
  1. Anthony Spencer
Beaucoup de supporters voit Spencer comme un linebacker stoppeur de courses qui présente des difficultés à atteindre le QB. Même si le total de sacks de Spencer n'est pas au niveau de ses propres attentes et celles du club il génère plus de pression sr les QB qu'on veut bien le croire.
Production des linebackers dans une défense en 3-4 et de Spencer 


Depuis 2009, les 15 meilleurs outside linebackers dans un schéma 3-4 ont une moyenne de 9 sacks, 9 hits, et 30 pressions par saisons (voir l'histogramme ci-dessus). Spencer est parfaitement dans la lignée de ces joueurs d'élite, totalisant 7 sacks, 14 hits, et 30 pressions par saisons. Il n'est évidemment pas au niveau de DeMarcus Ware, Clay Matthews, Cameron Wake ou autre tops pass-rushers, mais Spencer est certainement dans le top 10 des outside linebackers si on considère ses capacités de pass-rusher.

De plus, Spencer est en couverture sur 27,5 % des jeux à la passe. C'est un des taux les plus important de la NFL parmi sa position, et bien plus que les 12,9% de jeu à la passe durant lesquels Ware est en couverture. En bref, si Spencer présente moins de sacks et de pressions sur le QB adverse que Ware c'est en partie parce qu'il est plus souvent en couverture.

Enfin, Spencer pourrait bien être le meilleur outside linebacker à la course, dans un système 3-4 de la NFL. Depuis 2009, il fut premier, second et second en nombre tatal de tackles. Il est le leader sur les trois années réunies des outside linebackers jouant dans un système 3-4, avec un total de 162 tackles, soit 9 de plus que le second James Harrison.
  1. Tony Romo
Le rating de Romo en carrière est de 96,6, soit le deuxième plus élevé dans l'histoire de la NFL (devant Peyton Manning, Tom Brady, et Drew Brees entre autres). Même si le rating n'est pas la meilleure mesure du succès d'un QB, cela devrait au moins forcer le respect et placer Romo de façon crédible dans le haut du panier des QB.

Les gens ont tendance à clamer que Romo ne tient pas la pression dans les moments cruciaux. Mais ce n'est tout simplement pas le cas. La preuve. Dans le dernier quart-temps le rating s'élève à 102,9. Depuis 2008, Romo a lancé 30 Tds et seulement 8 interceptions dans le dernier quart-temps. Et même si l'interception de Revis des jets lors de la première journée a fait couler beaucoup d'encre, en 2011 Romo a lancé 10 Tds et seulement 2 interceptions dans les dernières quinze minutes. Impressionnant.

D'accord alors certains diront que c'est lorsque le match peut se décider dans les derniers instants que Romo craque. C'est également faux. Dans un quatrième quart-temps où le match se tient à seulement un score d'écart, Romo obtient un rating de 99,8, soit un chiffre au dessus de sa moyenne en carrière. Lançant 20 Tds et 7 interceptions, et totalisant un hallucinant 8,49 yards par tentative dans ces moments.

Et dans les tout derniers moments d'un match c'est également très convainquant. Depuis 2008, son rating dans les deux dernières minutes des mi-temps est de 91,7. Ce qui le situe comme ceci :

Aaron Rodgers: 94.5
Drew Brees: 93.6
Tom Brady: 92.7
Tony Romo: 91.7
Eli Manning: 91.5

Et lorsque l'équipe est menée ? C'est là où il craque... Et bien non. Depuis 2008, Romo possède un rating de 97,4 quand l'équipe est mené ou à égalité. De plus il a un ratio de 2,5 touchdown/interception dans ces moments là. Rappelez vous le match à San Fransisco de la dernière saison, en est un exemple.

Et vous savez quoi, même en décembre et janvier il continue d'être performant. Il possède le même rating en décembre et janvier que dans les autres mois. Ceci incluant la saison 2011 durant laquelle Romo a silencieusement était impressionnant en hiver, avec 10 Tds de lancés pour seulement une interception, pour un rating à couper le souffle, 115,9 !

Bon on l'avait déjà dit sur le blog, c'est la défense qui est passée au travers en 2011. Durant sa carrière Romo a peut-être fait perdre quelques matchs, comme de nombreux QB, mais il en a surtout fait gagner d'autres, plus nombreux. Mais chaque année, le champion du superbowl démontre que c'est malgré tout un sport d'équipe et d'équilibre défense-attaque. Romo ne gagnera pas un superbowl à lui tout seul.

La principale raison pour laquelle les gens oublient souvent de citer Romo dans les élites QB de la ligue réside dans son manque de résultats en playoffs. Et le seul moyen pour que Romo soit jugé à sa réelle valeur est qu'il aille loin en playoff. C'est ainsi.
  1. Victor Butler
Butler a toujours été un de mes favoris depuis quelques années, car son efficacité est impressionnante. Butler a seulement joué 233 snaps en 2011, ce qui est plus que sa moyenne de 144 snaps lors des deux dernières saisons.

Durant ses trois ans de carrière Butler a généré une pression sur 7% des snaps desquels il a pressé le QB. C'est plus que les 6,7% de Spencer, sur la même durée. Butler atteint donc le QB souvent, c'est intéressant. Il n'est pas non plus inutile contre la course. En effet on a compté seulement trois tackles manqué durant ses trois ans de carrière.

Avec Spencer encore sous contrat et le rookie Kyle Wilber luttant pour du temps de jeu, ce pourrait être une année couperet pour Victor Butler.  

Source : dallascoowboys.com

6 commentaires:

  1. C'est L'article qui est sur Dallascowboys.com çà !sa fait plaisir de voir le site de se dévlopper, au passage si vous avez besoin d'un 3e rédacteur je suis la !

    RépondreSupprimer
  2. Tout à fait. Je le précise au début et cite la source à al fin pour qu'il n'y ait aucune confusion.
    Merci pour ta proposition de participer au blog, pour cela tu peux me contacter ici : hugues21@yahoo.com

    RépondreSupprimer
  3. Pour Romo, je pense que statistiquement c'est un très bon QB. Mais les stats ne font pas tout.

    Quand on regarde les 2 matchs contre les Giants cette année (surtout le premier car le 2e je considère qu'il était grandement handicapé par sa main blessée), Romo a eu de très bons matchs en terme de stat et pourtant ces matchs ont été perdu.
    Si on ne regarde ne serait ce que le premier match. Romo a de super stats mais il a raté LA passe qui aurait bouclé le match pour Dallas.

    Perso je pense que Romo n'est pas autant responsable que certaines personnes le disent concernant la déroute de 2011. Certains matchs la défense n'assurait pas mais sur d'autres Romo a merdé.

    Ceci dit, son cas fait tellement parler, que ce soir il y a un ancien Giant (WR Amani Toomer) qui a dit qu'il préférait prendre Tony Romo à Eli Manning car Romo offrait plus de régularité en termes de stats.
    http://profootballtalk.nbcsports.com/2012/07/05/toomer-says-tony-romo-is-better-than-eli/

    RépondreSupprimer
  4. Son cas fera toujours parler jusqu'à ce qu'il gagne un titre. C'était d'ailleurs le cas de Eli Manning, qu'on a mis du temps à prendre au sérieux. Comme si son premier SB était dû à la chance... Mais c'est comme ça. Manning parcqu'il avait une gueule de petit adolescent crédule, et Romo car il a la gueule du beau gosse nonchalant.
    En fait on a simplement là deux joueurs exceptionnels de la NFL. Pour moi Eli est un des joueurs (peut-être le joueur !) avec le plus gros mental. Et Romo est un compétiteur né, un des joueurs les plus courageux de la NFL. On a juste de la chance de les avoir en NFC East. Eli a réussi à faire mentir ce que semblait dire sa gueule grâce à ses victoires, reste à Romo de faire la même.

    Ensuite pour ta remarque,je ne suis pas tout à fait d'accord ! La passe lors du premier match est en fait une erreur d'Austin (selon les observateurs). De plus il avait déjà fait selon moi la passe qui devait tuer le match pour Dez Bryant (qui donnait deux scores d'avance). La défense devait ensuite finir le travail. Mais le débat est éternel...

    RépondreSupprimer
  5. En effet Romo fera taire beaucoup de critiques le jour où il remportera un SB.

    Pour ce qui est de la passe à Austin, je veux bien te croire si c'est le WR qui a foiré. Comme la passe tombe réellement à côté (on pourrait limiter se dire que si il avait des bras avec 10 cm de plus, il l'aurait eu ^^) ça donne l'impression que le QB et le WR ne sont pas sur la même page. Ce genre d'erreur devrait en théorie disparaître vu que Romo ne joue pas au golf cette année pour passer plus de temps avec ses coéquipiers.

    RépondreSupprimer
  6. "Romo car il a la gueule du beau gosse nonchalant."
    Romo, gueule de beau gosse??? j'ai raté un épisode. :)

    Je sais pas trop quoi penser de Romo, je lui reconnais une attitude combative, j'ai l'impression que c'est un gros bosseur,il a pas peur du combat, il a des très grosses stats, mais dans les moments clés, il est pas là. Après je reconnais le manque de défense, la OL en carton qui peuvent souligner les erreurs d'un QB.

    J’espère voir un Superbowl pour Romo, Witten, Austin, Ware, Bryant, Lee...

    J'ai peur que Romo soit l'arbre qui cache la foret.

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.