Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Changes are coming...

Les fans de Game of Thrones connaissaient « Winter is coming », les fans des Dallas Cowboys connaissent maintenant « Changes are coming ». Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Jerry Jones, le Propriétaire et Manager Général des Boys. Enervé, qui l’en blâmerait, après la déroute face aux Giants, M. Jones a expliqué qu’il ne ferait pas de déclaration publique irréfléchie mais qu’il fallait s’attendre à des changements. Fatigué des errances des Cowboys, il veut rompre avec cette longue et douloureuse routine de la défaite qui mine l’America’s Team (oui messieurs les Giants, ce titre va toujours à Dallas…) depuis une quinzaine d’année.

J’ai beaucoup de sympathie pour M. Jones. Le genre de propriétaire qui aime son équipe, qui n’a pas peur de passer du temps dans les vestiaires et sur le terrain, qui s’implique dans tous les aspects de la gestion sportive et administrative. Un propriétaire amoureux du Bleu Cowboys qui parle de sa franchise avec passion, qui rêve des titres et des gloires passées, comme un enfant se rappelle de sa première glace italienne. Une époque bénie où Dallas c’était Troy Aikman, Emmitt Smith, Mickael Irvin… Les 90’ quoi… Trois Superbowls gagnés en 4 ans, l’âge d’or des Boys.

Alors moi aussi, Jerry (oui… entre fans tristes on se tutoie) j’ai le cœur serré. Moi aussi j’ai les entrailles qui brûlent quand Tony Romo lance une interception au milieu d’un des plus beau drive du match. Moi aussi j’ai envie de balancer la table sur la télévision (enfin toi, c’est le bureau dans les tribunes…) quand on n’arrive pas à mettre la main non pas sur un, mais sur deux fumbles cadeaux de suite. Moi aussi j’ai les yeux qui me sortent du crâne quand Terrence Newman se fait encore enfumer par un extraordinaire Victor Cruz ou quand je vois tour à tour tous ces joueurs défensifs systématiquement manquer leurs premiers tackles alors qu’ils étaient idéalement placés. Je comprends. Je partage ta souffrance.

Mais M. Jones a bien résumé les choses. Il ne s’agit pas de prendre des décisions faciles voire démagogiques. Ni de choisir la voie de la facilité qui consiste à gentiment remercier le Head Coach en se disant qu’en changeant de Capitaine, le navire voguera vers de bien meilleures eaux. Jason Garrett est sauf, qu’on se le dise. Derrière cette déclaration (que l’on espère sincère) se cache une volonté d’instaurer de la stabilité dans l’équipe de coaching. Pas de réussite en NFL qui ne passe par cette continuité dans l’effort. Non, le play-calling de Garrett n’est pas parfait, loin de là, et oui, certaines décisions douteuses ont couté très cher. Mais il n’en reste pas moins que le jeune Head Coach qu’il est apporte un vent de fraîcheur qui manquait depuis de longues années, qu’il coache pour les Cowboys depuis 2007 avec un certain talent et que son amour pour l’équipe souffre aucun doute. Non, Garrett est loin d’être l’unique responsable de ce désastre car c’est bien de ça dont il s’agit, et il apparaît dès lors hors de question de le sacrifier après seulement une saison complète.

Facile aussi de tout reprocher à Romo. Son étiquette de looser dans les moments-clés va lui revenir en moins de temps qu’il n’en faut pour dire fumble. La réalité, c’est que Tony Romo a le 4ème meilleur rating de la NFL derrière Rodgers, Brees et Brady. La réalité, c’est qu’il a le troisième meilleur pourcentage de complétion derrière, encore une fois, Rodgers et Brees. Donc désolé pour les détracteurs invétérés de Romo, il va falloir chercher ailleurs. Alors “où?” vous allez me dire ? Pour moi, il s’agit avant tout de deux secteurs qui, par leur niveau exécrable, plombent littéralement le jeu dans son ensemble.

La ligne offensive pour commencer. 39 sacks alloués, c’est un des pires résultats de la ligue et sans les talents d’esquive de Romo ça aurait été bien pire. 81 chocs sur le QB, 23ème de la ligue et on s’étonne des blessures. Un temps de protection moyen pour préparer les passes absolument minables et une propension absolument catastrophique à accumuler les fautes. Voilà le bilan de l’OL de Dallas. Voilà pourquoi il va falloir du changement. A part le jeune Tyron Smith prometteur (mais pas encore totalement prêt) les autres font tout simplement peur à voir. Contre les Giants, les seules courses qui passaient étaient les courses extérieures. A partir du moment où l’OL devait ouvrir une voie intérieure, rien ne fonctionnait. Ajoutez à cela 6 sacks alloués et vous m’expliquerez comment faire pour organiser un jeu de passes, autre que des screens dans l’urgence, quand la poche ne tient absolument pas le choc. Non. Le football se gagne d’abord dans les tranchées, et là, nos petits poilus de l’attaque font peine à voir.

L’autre secteur à réformer en priorité est le backfield défensif. Parce qu’autant le Front 7 montre de belles choses depuis l’arrivé de Rob Ryan, même si on peut regretter un manque de pression flagrant sur Manning pendant le match, autant le rideau de defensives backs est atroce. Prenons Newman. Que dire? Il est bien gentil Newman, il a été un grand cornerback, mais maintenant, faut plus rester là. Les jeunes et talentueux receveurs comme Victor Cruz le laissent littéralement sur place. Il semble totalement hors du rythme et peine à conserver une vision du jeu qui lui permette de réagir avec l’acuité requise à ce niveau de jeu. Et ce ne sont pas les remplaçants désignés comme Alan Ball ou Orlando Scandrick qui vont changer la donne, tant ils ne semblent pas non plus très à l’aise dans leurs baskets.

Et si on recule un peu on se retrouve chez les safety. Mike Jenkins par exemple, qui soi-disant manquait tellement pendant sa période de convalescence. Et bien il était là dimanche… enfin je crois, parce que je n’ai pas bien vu la différence.

C’est simple: si à Dallas on ne se lance pas dans une refonte complète de ces deux secteurs de jeux, rien de bon ne pourra émerger. Pas la peine d’user ses tours de Draft à trouver des joueurs plus « paillettes » comme des receveurs étoiles, des runningback flamboyants ou des quarterbacks élites. Tout ça, on a. Ce qu’on n’a pas en revanche, ce sont des linemen offensifs qui font le boulot et des défenseurs arrière… qui défendent.

Alors bien sûr, ce n’est pas comme si mon petit couplet où je tutoie Jerry Jones allait servir à grand-chose. Ce n’est pas comme si mes remarques sur les priorités de changement avaient quelques choses à apporter à un staff qui, non content de n’avoir jamais entendu parler de nos textes, de toute façon, doit bien en avoir conscience. Non. Mais puisque le créateur de ce blog m’a gentiment permis d’écrire, j’écris. Je rédige ce texte d’un fan pur et dur de Dallas qui a mal au cœur de voir autant de talents gâchés. Un fan qui enrage de ne toujours pas voir de chevalière aux doigts de Romo, de Witten et de Ware. Car du talent il y en a. Des jeunes et des moins jeunes. Et Dieu sait que si ça continue comme ça, ces mêmes jeunes talents commenceront à sérieusement envisager d’aller voir si l’herbe ne serait pas plus verte ailleurs. Si on veut conserver les Murray, les Austin, les Bryant, il va falloir donner un bon coup de collier dans les domaines qui le méritent. Quant à moi, et bien j’ai bien le droit de faire ma catharsis non ?!

9 commentaires:

  1. Je suis très largement d'accord avec toi, notamment sur les deux points faibles de l'équipe ! Et je trouve l'analyse très juste et nuancée malgré le peu de temps qui nous sépare de la déception et de la colère.

    Chers lecteurs, je vous conseille de rester dans le coin car l'intersaison devrait être riche en mouvements et donc en analyses...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai essayé d'être aussi objectif que possible malgré la frustration d'être persuadé qu'on est à pas grand chose de voir la mayonnaise prendre... On verra la saison prochaine maintenant.

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien facile, mais nous ne sommes pas en PO, malgret les bonnes stats de Romo, il faut dire qu'avec les meilleurs stats on ne gagne par forcement un SB !!
    je suis pour le retour d'un vrais coach !!
    à l'epoque de Jimmy nous avions un vrais coach , 3 SB et il est partie a cause de Jones !!
    Garret est un ancien QB, pratiquement jamais titulaire, alors je ne vois pas comme il peut faire mieux la prochaine saison !!

    il y a une bonne équipe mais la gérer c'est une autre chose,
    nous avons perdu des matchs a cause de mauvais choix des coaches il faut donc commencer par là

    RépondreSupprimer
  4. C'est certain que des erreurs ont été commises et que des leçons seront à tirer. Maintenant, le passé de joueur de Garrett m'importe peu pour tout dire. Un John Madden n'a jamais joué un seul match pro par exemple. Par contre, le fait que Garrett fut tout de même un Cowboy est un plus pour moi.

    Je comprends les reproches faits au coach, mais pour moi, le mal est plus profond que cela. Ce n'est pas lui qui commet autant de fautes qui nous mettent toujours dans des situations pas possible. Ce n'est pas lui qui n'est pas capable de tenir le choc face à des receveurs un peu trop rapides ou devant une DL bien solidaire.

    Alors certes, il faut qu'il prenne conscience des boulettes qui nous ont coûté de précieux points, voir de précieux match, mais n'oublions pas trop vite la fin de saison dernière, sauvée par l'arrivée de Garrett justement. Sans lui, le bilan de l'année passée aurait été absolument catastrophique.

    RépondreSupprimer
  5. Je comprend tout à fait l'avis de notre cher anonyme ! N'oublions pas le temps-mort contre les Cardinals. Voilà, c'est un coach qui apprend, et c'est dommage puisqu'il y a des joueurs dans l'équipe qui eux sont à maturité (Romo, Witten, Ware...). Ce décalage est un peu frustrant.

    Mais comme dit Angelus le fait que ce soit un ancien Cowboys est très important pour moi aussi, surtout qu'il a connu la grande époque en tant que doublure d'Aikman. Il peut donc transmettre cet héritage. Garrett à l'intelligence pour devenir un grand coach, ça m'embêterait qu'on s'en rende compte dans quelques années au sein d'une autre équipe....

    RépondreSupprimer
  6. Je suis plutôt d'accord avec ce post.

    On parle de Romo, de Garett, mais bordel, ça fait 15 ans qu'on fait plus grand chose.
    J’entends qu'on a des bons joueurs, de bons jeunes,qu'il nous manque peu de choses pour gagner le superBowl, il n'y a qu'à écouter Witten après le match.

    Mais quand je vois le niveau des franchises qui sont en playoff, j'ai l'impression que la différence est vraiment abyssale, tant au niveau de la constance qu'au niveau des performances sur le terrain.
    à mon avis le problème est vraiment plus profond qu'un QB moyen, ou un manque de chance.

    Comme souligné dans ce post, on a une équipe bancale, on a des secteurs avec de grosses lacunes.
    Faut reprendre l'équipe en profondeur à mon sens, et pas juste prendre 2-3 joueurs, et espérer que le superbowl arrive.

    Mais chaque année on a le droit aux , "on va revenir plus fort." "On a les gars pour gagner", "je crois en cette équipe." et pourtant chaque année c'est la même déception.
    Je sais pas si c'est la déception qui parle ou qui fausse mon jugement, mais j'ai l'impression que les Dallas Cowboys aujourd'hui sont juste moyen.

    RépondreSupprimer
  7. Malheureusement, tu as raison David. "les Dallas Cowboys aujourd'hui sont juste moyens".

    C'est un fait. Il suffit de regarder un match des Saints, des Packers ou même des Texans tiens, pour ajouter l'affront à la déception. L'autre franchise Texane est véritablement en train d'éclore. Cette jeune équipe développe un jeu de qualité, un jeu fluide.

    En revanche, quelques choses ne fonctionne pas chez les Boys ou ne fonctionne plus. La dynamique d'attaque est cassée par des jeux de passes systématiquement avortés et par des courses difficiles dont seul le talent de DeMarco Murray avait pu tirer quelque chose, et encore, contre les équipes moins solides défensivement. Un nombre ahurissant de 3 and out. Ajoute à cela un manque de confiance en la capacité de la défense à protéger contre les longs jeux et tu obtiens un malaise général.

    RépondreSupprimer
  8. je peux peut-être dire que le coach offensive n'est pas sans faute, puisqu'il est chargé de faire le plan d'attaque
    à l'epoque de garrett, l'ataque marche pas mal
    mike march a quité le bears, il est libre !!
    je ne suis tout à fait négatif
    il y a de l'avenir dans cette équipe, mais pas pour cette année
    le futur ne le dira

    RépondreSupprimer
  9. Ouais peut être que Garrett aurait besoin d'un coordinateur offensif, pour se concentrer seulement sur le boulot de head coach et avoir plus de temps pour prendre les bonnes décisions !

    Mais en même temps il travaille depuis longtemps avec Romo. Puis comme tu le dis finalement l'attaque c'est pas trop le problème (surtout avec Murray dans le backfield).

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.