Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Une défaite humiliante

Cowboys 7 - Eagles 34

LeSean McCoy a laissé la défense de Dallas sans réponse
Les Cowboys ont été humiliés par les Eagles hier dans la confrontation de division au Lincoln Financial stadium de philadelphie. Dominée de tout les côtés et dans toutes le phases de jeu Dallas a subit la première défaite incontestée de l'ère Garrett.

La défense de Dallas fut incapable de stopper le jeu au sol et dès le premier drive les Eagles marquaient le premier touchdown en moins de 4 minutes. On savait avant le match qu'il faudrait mettre la pression sur Vick et être capable de le toucher. Mais là encore les Cowboys n'arrivèrent à mettre la moindre pression sur le Quarterback adverse. Ensuite les Cowboys voulaient absolument éviter les big plays adverses et jouaient donc avec deux safeties en couvertures très profondes. Cependant comme ils étaient totalement dominés à la course, par un McCoy instoppable les yards étaient gagnés facilement à l'intérieur.
Et lorsque ce n'était pas la course Vick tirait profit sans difficulté de l'espace laissé entre les linebackers et les safeties de Dallas en complétant des passes à l'intérieur pour le tight-end Celek ou le receveur Avant.

Dallas n'avait jamais encore concédé plus de 100 yards à la course dans un match cette saison, au bout d'un quart temps les Eagles avaient déjà parcouru 104 yards à la course, et menaient 14 à 0.

Ainsi les trois premiers drives des Eagles se transformèrent facilement en 3 touchdowns. Rob Ryan le coordinateur défensif de Dallas assume l'entière responsabilité de cet échec cuisant. « j'ai été battu dans mon coaching, battu en tout. Tout est pour moi. »

Lorsque la défense est dominée de la sorte on se dit que la meilleure défense reste l'attaque. Mais cette dernière fut bien incapable de trouver un quelconque rythme et rendait bien trop vite la balle aux Eagles sur le premier drive, après un seul premier down. L'attaque incapable de laisser la défense de Dallas reprendre ses esprits est donc bien aussi à blâmer. Et sur leur deuxième drive Romo se fait intercepter sur une passe donnée pourtant au millimètre pour Bennett. Ce dernier coûta à lui seul l'interception après avoir ratée la réception facile il dévia le ballon dans les airs ce qui donna une chance à Asomugha de le récupérer. Bennett qui n'arrive décidément à rien, pourrait bien subir le même sort que Choice.

Que dire ensuite, les Eagles déroulent. Tranquillement, jonglant entre les courses de McCoy et les passes à l'intérieur. Les linebackers des Cowboys sont en grandes difficultés dans cette zone et amputés de leur meilleur élément Sean Lee, sorti en première mi-temps pour une entorse au poignet. C'est normal, les Eagles appuient là où ça fait mal. On a notamment vu Keith Brooking en grande difficulté aussi bien sur ses placages à la course, que ses couvertures à la passe. Espérons que Bruce Carter puisse suppléer bientôt les défaillances du vétéran.

Difficile de ressortir quoi que ce soit d'intéressant de ce match pour les Cowboys. Mais beaucoup de questions autour du véritable niveau des Cowboys cette année. Ce match est à analyser pour éviter la récidive. Toujours est-il qu'il s'agit maintenant de la troisième défaite sur les quatre derniers matchs. Les Cowboys peuvent tout de même garder espoirs car si l'on regarde les quatres prochaines rencontres, 3 ont lieu à domicile contre des adversaires plus qu'à la portée de Dallas avec Seattle, Buffalo et Miami, ils iront aussi à Washington pour affronter les Redskins qu'ils ont déjà battus.

Donc si l'espoir demeure, se faire dominer d'une telle manière face à un rival direct est toujours embarrassant. Surtout quand cette défaite vous fait chuter derrière votre adversaire du soir comme un deuxième effet kiss pas cool. Vraiment pas cool. 
.

2 commentaires:

  1. Je viens de visionner le match... je suis encore atterré. Je vais surement y aller de mon petit article aussi, mais pas avant demain. Une fessée pareille, ça se digère pas instantanément.

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.