Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

Redskins 16 – Cowboys 18 : Super-ROMO


Le match était terminé quand Spencer poursuivant Grossman de derrière parvint finalement à sa cible entraînant le fumble recouvert par Sean Lee. Avec moins de 30 secondes au chrono et un point d'avance les cowboys signaient alors leur deuxième victoire, et une fiche positive (2-1); ce qui ne leur été plus arrivé depuis un an et demi ! C'est donc au bout du suspens et sur un field goal de Dan Bailey que les Cowboys remportèrent ce match, comme la semaine dernière.

Romo tint son équipe à la surface

Comme la semaine dernière, c'est Romo qui tint son équipe à la surface alors qu'elle s'apprêtait au naufrage lentement. Il lui aura fallu deux doses d'analgésique pour jouer le match, ce qui n'influa pas sur ses capacités mentales.

Car il lui en aura fallu du discernement tant ses coéquipiers ne l'ont pas aidé. Les jeunes receveurs ont montré leur incapacité a être présent dans les moments importants. Deux passes parfaites auraient du être converties en touchdown. Mais aussi bien Ogletree que Bennett ne pouvaient garder la possession de la balle pour le score.
Romo a du sans cesse replacer ses receveurs après le huddle car ils ne savaient où se positionner. Et dans la red zone Ogletree par une erreur de route aurait pu entraîner une interception désastreuse.
L'absence de Austin et le manque de profondeur au poste de receveur ont empêché les Cowboys de trouver un quelconque rythme en attaque.

Un Bailey tout en maîtrise

Pourtant Romo était là pour assurer l'avancement des drives et rendre les field goal possibles. Bailey a montré toute sa sérénité pour un rookie en réussissant de façon relâchée ses 6 field goal. Bravo au plus jeune kicker de la ligue.

Mais ce n'est pas tout, Romo a aussi du lutter contre Costa son centre qui à quatre reprises a snappé le ballon trop tôt. Lorsque que Romo était en shotgun et en train de donner son audible, pour assurer sa bonne protection, le ballon était lancé prématurément par Costa. C'est ainsi que les Cowboys dans leur drive de la dernière chance se retrouvaient sur leur 25 yards à devoir convertir une troisième tentative et 21, que Romo convertit pour Bryant en réussissant a éviter le blitz hors de sa poche, comme un miracle. Son plus long troisième down converti de sa carrière et sans aucun doute l'action du match, car avec 40 yards de gagnés et un face mask des Redskins les Cowboys pouvait taper le field Goal gagnant.

Romo aura donc tout fait. Passer, Coacher, rattraper les pots cassés, et fait le petit exploit qu'il faut lors des moments clés. La légende se construit petit à petit. Les Cowboys cherchaient un leader, il apparaît évident qu'ils l'ont trouvé. Comme le confirmait Bradie James après le match.


Mais ce qui a fait du bien aux cowboys c'est aussi un jeu à la course retrouvé. Enfin à partir de la deuxième période, car avec 10 courses pour 30 yards à la mi-temps, on se demandait si Dallas trouverait un jour le rythme dans ce secteur de jeu. Avant ce match la plus longue course était de 8 yards, y'avait de quoi être inquiet. Felix Jones courut plus de 100 yards au final avec deux gros gains en seconde mi-temps. Pourvu que ces performances se renouvellent à l'avenir.

Une défense très satisfaisante

Mais la grosse satisfaction est venu sans aucun doute de la défense. Le système de Ryan semble trouver sa plénitude. À l'image de la dernière action du match, les Cowboys n'ont laissé aucun répit à Grossman et surtout ont encore très bien défendu la course. Elément fondateur du jeu de Shanahan et des Redskins. De plus Lee le nouveau titulaire au poste de inside linebacker devient la révélation de la saison. Il a encore intercepté une passe et s'impose comme une machine à tackler. La défense s'est également montrée décisive dans les moments importants. Au moment où les Redskins récupérèrent le ballon avec 5 minutes de jeu et un point d'avance, la défense parvint à stopper le drive sans concéder le moindre point et avec 3 minutes de jeu.

La suite, c'est Romo en super-héro qui mena une nouvelle fois son équipe vers une victoire dans le quatrième quart temps.

Alors non, dans ce match tout n'a pas été bon et l'absence de certains cadres s'est faite ressentir. Mais un Redskins-Cowboys est toujours crispant quelque soit le niveau des deux équipes. Et même dans les moments difficiles les Cowboys ont fait preuve d'un gros mental et d'une belle solidarité pour ramener l'essentiel. Un W qui pourrait bien compter dans leur saison.


3 commentaires:

  1. La défense a gagné ce match. Pour moi, c'est évident. Gagner un tel match, uniquement grâce avec des FG et avec une telle pauvreté offensive (même si au sol, un redressement est en train de s'opérer) reste miraculeux.

    Alors oui, Romo a été tout simplement héroïque. Un véritable général sur un champs de bataille, organisant, houspillant, virevoltant pour replacer ses soldats un peu trop inexpérimentés. Obligé de composer avec des erreurs pourtant inacceptables à cause de leur répétitivité (virez moi Costa !). Mais sans une défense de fer comme semble nous monter Ryan, ce match aurait été un désastre. Au lieu de ça, c'est une victoire sur le fil, merci à la D !

    RépondreSupprimer
  2. Je serais moins sévère avec toi contre Costa. C'est un jeune joueur et seulement son troisième match en pro. Je pense que le problème sera résolu.

    Apparemment les redskins simulaient un décompte de snap, ce qui est interdit. La question est étudiée en ce moment.

    En revanche je serais beaucoup plus sévère avec Ogletree et Bennett qui connaissent l'équipe depuis plusieurs années... Je pense qu'on les verra beaucoup moins contre les lions.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu cette histoire de décompte que les redskins aurait imité... on verra... Ca serait bien dans le ton de ce genre rivalry en tout cas.

    Sinon, je suis largement d'accord avec toi pour Ogletree et Bennett. A ce niveau, se mélanger dans les courses est quand même aberrant.

    Mais concernant Costa, se faire avoir une fois, ok, deux fois, admettons, mais 4 ? Faut quand même serrer les boulons.

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.