Header Ads

Un regard francophone sur l'America's team

COWBOYS 24 -JETS 27 : Du meilleur au pire

On se demande encore comment les Cowboys ont fait pour perdre ce match, même deux jours après.

On est au début du quatrième quart-temps lorsque Jason Witten vient de réceptionner une passe chirurgicale d'un Romo alors parfait. Witten au centre du terrain est libre de tout marquage et se dirige d'un pas certain vers la end zone. Il n'a plus qu'un joueur à éviter, le safety de New York nettement moins physique que lui. Pourtant le safety arriva à sortir witten des limites du terrain à 3 yards du but. Sur le touchdown les Cowboys auraient gagné un avantage de 14 points, la suite est désastreuse. Trois turnovers en un quart temps.

Alors qu'on pensait que 3 courses allait être appelé par Garrett c'est en fait 2 jeux de passes qui seront tentées pour une seule course. Les deux premières ne donneront rien, et sur la 3ème tentative alors que les receveurs sont tous marqués Romo prend la bonne décision ne pas lancer la balle. Il prendra en revanche la mauvaise, celle de vouloir aller marquer tête la première à la course. Il fait tomber le ballon sur cette action, le fumble est alors recouvert par les Jets.
Un simple genou à terre aurait été la décision la plus sage. Et la seule possible! Puisqu'à ce moment du match il importe peut de mener de 14 ou de 10 points. La seule chose qui compte est d'avoir un avantage de deux scores.

Faute à moitié partagée 

La faute est donc partagée entre l'appel de la passe de Garrett et le fumble de Romo. Un draw aurait du être tenté. Garrett s'explique qu'il était dur pour lui d'appeler une course en voyant 9 joueurs des Jets en première ligne. Il aurait du se dire qu'importe, c'est le premier match de la saison, et le pragmatisme doit l'emporter. Prenons les 3 points et l'avantage de deux scores qui va avec.

Le drive des Jets qui s'ensuit est vite avorté. On se dit alors que les Cowboys n'ont subit qu'un avertissement. Mais sur leur prochaine possession qui n'a rien donnée, les cowboys se font contrer leur punt et les Jets égalisent alors à 24-24. Le fumble se paye !

Il reste alors moins de cinq minutes et les Cowboys ont l'opportunité de construire le drive de la victoire. Mais sur la première passe du drive Romo donna littéralement la balle à Revis le cornerback des Jets, qui retourna le ballon dans le camp des Cowboys.
La plaie est alors grand ouverte, on souffre terriblement devant la télé. Folk l'ancien kicker maudit des Cowboys vient planter la pointe du couteau dans notre plaie béante en donnant la victoire aux Jets, d'un coup de pied des 50 yards.

Pourtant tout n'a pas été mauvais, bien au contraire. Les Cowboys ont même fait 3 quart-temps impressionnant. Dominant dans pratiquement tous les secteurs du jeu une équipe deux fois finaliste de sa conférence. L'attaque des Cowboys et Romo en tête, n'avait aucun problème pour attaquer une des défenses les plus exigeantes de la ligue.
La défense des Cowboys s'est montré très performante, sauf au moment de défendre l'attaque sans huddle des Jets, et avec deux cornerbacks remplaçants. 

Dallas est douée pour inventer de nouvelles façons de perdre

Mais on commence à avoir l'habitude, Dallas est douée pour inventer de nouvelles façons de perdre un match qu'elle maîtrise. 

Deux enseignements ressortent donc de ce premier match. Les Cowboys peuvent battre n'importe qui. Et les plus grands adversaires des Cowboys sont les Cowboys eux-mêmes.
Espérons qu'un tel scénario ne fasse pas plus de mal qu'une simple défaite à l'extérieur face à un prétendant au titre aurait engendré.  


2 commentaires:

  1. C'est simple, Romo nous a fait ... une Romo. Je l'adore hein, vraiment, je pense que c'est un QB de grand talent largement sous estimé. Mais depuis ce fameux match de playoff contre les Giants où il a foiré son hold sur un field goal qui assurait la victoire, il est le spécialiste du craquage sous la pression. Parce que, comme tu le dis si justement, le match s'est perdu en trois actions. Surtout sur un fumble et une interception qui n'aurait même jamais dû être lancée. Deux décisions hâtives, prises dans la précipitation. Un final de 6 minutes absolument cauchemardesque alors que le match avait été d'une vrai beauté.

    Bon, par contre, au delà des appels étonnants de Garrett, je soulignerais quand même la faiblesse du backfield des Boys. Entre les blessés et les inexpérimentés, on ne peut pas dire que les DBs ont vraiment été fabuleux. C'était faible, trop faible. Heureusement, le Front 7 a lui été particulièrement impressionnant. Une belle défense agressive qui a littéralement annihilée toute velléité de course et considérablement limité les jeux de passes courtes et moyennes. Ça, c'est sacrément encourageant. Merci Rob !

    Coup de coeur : LB Sean Lee. Tout simplement fabuleux dans ce match. Le Cowboys du match pour moi.

    Coup de blues : RB DeMarco Murray. Mon cher coureur des Sooners que j'aime tant a tout simplement été invisible sur les quelques portées octroyées.

    RépondreSupprimer
  2. j'ai commencé à te répondre mais mon message était tellement long que je l'ai posté en article...

    C'est vrai que LEE a été enorme. Déja ses apparitions avaient été bonnes l'année dernière.
    Çà promet !

    RépondreSupprimer

Tous droits réservés Hugues Manetti et Maxime Bardot. Fourni par Blogger.